cvs prix lipitor 20 mg

  • A/H3N2: la souche A/Switzerland/9715293/2013 est remplacée par la souche A/Hong Kong/4801/2014
  • influenza-B: passage de la lignée B-Yamagata à la lignée B-Victoria. En effet, lors de la saison grippale 2015-2016, les virus de l’influenza de type B ayant circulé appartenaient surtout à la lignée Victoria.

  • Avis du Conseil Supérieur de la Santé n° 9367. Vaccination contre la grippe saisonnière. Saison hivernale 2016-2017. Version validée par le Collège de Août 2016.
  • Influenza 2016-2017. Folia Pharmacotherapeutica juillet 2016.

La grippe saisonnière est une infection virale respiratoire très contagieuse, qui apparait principalement en automne et en hiver, avec un pic d’infections pendant l’hiver.

Vidéo ci-contre: Les virus grippaux de l’Institut Pasteur

Le virus responsable de la grippe est le virus influenza qui comprend trois souches:

  1. Type A: cette souche est la plus dangereuse car elle peut se modifier très rapidement et de façon radicale. Elle engendre plusieurs fois par siècles des épidémies mondiales, comme la grippe espagnole en 1918, la grippe aviaire et la grippe H1N1 en 2009.
  2. Type B: il s’agit du type le plus fréquent qui est à l’origine des épidémies saisonnières de la grippe. Cette souche est moins virulente que la souche de type A, car elle est peu mutagénique.
  3. Type C: les souches de ce type provoquent des symptômes qui sont proches de ceux du rhume, et elles ne se modifient pas.

Les souches en circulation dans l’air différent d’une année à l’autre, c’est pour cette raison qu’il faut se faire vacciner chaque année.
Dans le monde, chaque année, 5% à 10% des adultes sont contaminés par le virus de la grippe, et 20% à 30% des enfants.

La grippe est une infection contagieuse, chaque personne contaminée peut en infecter 1.5 à 3 autres, et, quelle que soit la souche, le mode de transmission de la grippe est toujours le même:

  1. Une personne contaminée projette des gouttelettes de salive dans l’air en toussant, parlant, éternuant… La contamination peut également se faire par les mains, si une personne touche un objet sur lequel se trouvent des gouttelettes de salive.
  2. Ces gouttelettes contiennent des millions de virus qui se retrouvent alors dans l’air ambiant et qui peuvent être inhalées et respirées par une personne non malade.
  3. Pour prévenir la transmission de la grippe, il est recommandé aux personnes malades de se couvrir la bouche lorsqu’elles toussent ou éternuent, et de se laver les mains souvent.

On parle de transmission par voie aérienne. Les personnes atteintes sont contagieuses un jour avant l’apparition des symptômes et le restent pendant 7 jours.

Chacun d’entre nous est susceptible d’être contaminé par le virus de la grippe, mais certaines tranches de la population sont plus sujettes à des complications:

  1. Les enfants de moins de 2 ans
  2. Les personnes de plus de 65 ans
  3. Les personnes présentant des maladies chroniques (cardiaques, rénales, pulmonaires, hépatiques, sanguines…) ou ayant une déficience au niveau du système respiratoire.

effet secondaire advair 250

lipitor générique apotex

Quels sont les facteurs de risques de la tachycardie?

Toute affection qui provoque une pression sur le cœur ou des tissus cardiaques endommagés peut augmenter le risque de tachycardie. Les changements de style de vie ou les traitements médicaux peuvent réduire les risques associés aux facteurs suivants:

  • Maladie cardiovasculaire
  • Hypertension
  • Tabagisme
  • Forte consommation d’alcool
  • Lourde consommation de caféine
  • Utilisation de drogues récréatives
  • Stress psychologique ou anxiété

Les autres facteurs qui peuvent augmenter le risque de tachycardie sont:

  • L’âge avancé: Le vieillissement des tissus du cœur augmente le risque de développer une tachycardie.
  • L'hérédité: S’il y a des antécédents de tachycardie ou d’autres troubles du rythme cardiaque dans votre famille, vous êtes plus susceptibles de développer une tachycardie.

L’intensité des complications de la tachycardie varie en fonction de facteurs tels que le type de tachycardie, la rapidité du rythme cardiaque et sa durée ainsi que l’existence d’autres maladies cardiaques. Les complications possibles sont:

  • Les caillots sanguins qui peuvent provoquer un AVC ou une crise cardiaque
  • L'incapacité du cœur à pomper suffisamment le sang: insuffisance cardiaque
  • Les évanouissements fréquents
  • La mort subite, habituellement associée à une tachycardie ventriculaire ou à une fibrillation ventriculaire

Votre médecin peut exprimer un diagnostic d'une tachycardie spécifique en fonction de vos réponses sur les symptômes, de vos examens physiques et de vos tests cardiaques. Les tests habituels sont les suivants:

Un électrocardiogramme - aussi appelé un ECG - est un outil essentiel pour le diagnostic de la tachycardie. Un ECG utilise de petits capteurs (électrodes) attachés à la poitrine et les bras et qui enregistrent les signaux électriques qui transitent à travers votre cœur. Votre médecin peut rechercher des indices parmi ces signaux afin de déterminer de quel type de tachycardie vous souffrez et quelles anomalies cardiaques peuvent causer une accélération de votre rythme cardiaque.

Votre médecin peut vous recommander un test électrophysiologie pour confirmer le diagnostic ou pour détecter l’origine des problèmes dans les signaux électriques de votre cœur. Durant cet essai, des tubes minces et flexibles (cathéters) avec des électrodes au bout sont enfilés dans vos vaisseaux sanguins à différents endroits dans votre cœur. Une fois en place, les électrodes peuvent cartographier précisément la propagation des impulsions électriques à chaque battement et d'identifier des anomalies dans votre circuit.

Ce test permet à votre médecin de mieux comprendre comment votre tachycardie entraîne des évanouissements. Sous une surveillance attentive, vous recevrez un médicament qui provoque un épisode de tachycardie. Vous reposez à plat sur une table spéciale, puis la table est inclinée comme si vous étiez debout. Votre médecin observe la façon dont votre cœur et votre système nerveux répondent à ces changements de position.

L’objectif du traitement de la tachycardie est de ralentir le battement rapide du cœur quand il se produit, de prévenir les éventuelles répliques et minimiser les complications.

Un rythme cardiaque rapide peut se corriger, et vous pourrez même ralentir votre rythme cardiaque à l'aide de simples mouvements physiques. Cependant, vous pouvez avoir besoin de médicaments ou d'autres traitements médicaux pour ralentir votre rythme cardiaque.

achat en ligne silagra avis.fr

lipitor 20 mg 30 film de la tablette

Si vous êtes asthmatique, atteint de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive), diabétique ou immunodéprimé,

Si les sécrétions nasales contiennent régulièrement du sang,

Si les symptômes persistent plus de 10 jours sans amélioration nette. (1)

Consultez rapidement le médecin pour votre enfant dans les cas suivants:

S’il a moins de 3 mois et de la fièvre,

S’il a une température de 40 °C ou plus,

S’il somnole, présente une gêne respiratoire, des maux de tête violents, des vomissements, des pleurs inexpliqués ou des tâches violacées sur la peau, même en l'absence de fièvre,

S’il a des diarrhées importantes ou des vomissements qui peuvent entraîner sa déshydratation.

Consultez également votre médecin en cas d'aggravation ou persistance des symptômes suivants:

S’il a une température de plus de 38,5°C et qu’elle dure plus de 3 jours,

Si la toux, le nez qui coule (ou bouché) ne s'améliorent pas après 10 jours,

S’il ressent des douleurs au niveau d'une oreille, ou si vous constatez que son oreille a coulé,

S’il présente des sécrétions purulentes dans les yeux ou un gonflement des paupières (4).

différence entre lipitor et crestor

• Analyser vos activités durant les dernières 24 à 48 heures. Une éruption cutanée qui s'accompagne d'une sensation de brûlure peut indiquer l'exposition au soleil, un irritant chimique ou une allergie à un aliment nouveau ou la médecine. Si vous avez engagé dans des activités qui peuvent être liées à ces symptômes, vous devriez examiner tout d'abord ces possibilités.

• Coup d'oeil à la propagation de l'éruption. Une éruption cutanée qui semble apparaissent et disparaissent sur différentes parties du corps sans autres symptômes sauf les démangeaisons peut-être indiquer une éruption virale. Généralement, ceux-ci disparaissent d'eux-mêmes après quelques jours et ne nécessitent aucun autre traitement qu'une crème pour soulager les démangeaisons.

On a pas assez études de sécurité (sur les médicaments en vente libre), surtout pour les enfants âgés de moins de 2. Jeunes enfants métaboliser les médicaments différemment des enfants plus âgés ou les adultes, donc il y a risque de surdosage.

— Dr Tamara Cullen, M.D., N.D.

D'enfants souffrent de rhume plus que toute autre maladie--en moyenne, huit à 10 chaque année. Alors que les rhumes ne sont généralement pas graves, ils peuvent causer l'inconfort et l'irritabilité. Le rhume est que le peuple de la première raison pour manque de travail et l'école. Étant donné que les médicaments contre le rhume en vente libre pour les jeunes enfants n'est pas largement recommandés, beaucoup de parents se tournent vers des remèdes naturels, tels que les traitements homéopathiques et à base de plantes. Certains de ces traitements ont été prouvés efficaces pour soulager les symptômes du rhume. D'autres sont inefficaces ou voire même dangereux.

Médicaments contre le rhume: ce que vous devez savoir

En octobre 2008, la FDA a publié une déclaration décourager l'utilisation des sirops contre la toux et le rhume pour les enfants de moins de 4 ans, mais il s'arrêta d'interdisant les médicaments au total. La mesure de la FDA suivi étapes volontaires des compagnies de fabrication des médicaments pour changer leurs étiquettes pour indiquer que les produits ne doit pas être utilisés pour les enfants âgés de moins de 4.

« Il n'ont pas été suffisamment études d'innocuité faits, surtout pour les enfants âgés de moins de 2, », a déclaré Tamara Cullen, un médecin des médicaments traditionnels et naturopathiques. « Jeunes enfants métaboliser les médicaments différemment des enfants plus âgés ou les adultes, donc il y a risque de surdosage. »

Sirops contre la toux et le rhume, traiter uniquement les symptômes plutôt que la maladie elle-même et est souvent inefficaces. Les décongestionnants oraux, par exemple, épaississent la muqueuse, permettant aux bactéries de rester dans les muqueuses nasales, pouvant causer des infections des sinus, dit le Dr Jerry Rubin, M.D., co-auteure de « Kids naturellement saines. »

En quoi consiste un parent à faire quand un enfant souffre de symptômes du rhume et toux? Essayez les mesures visant à réconforter votre enfant et en renforçant son système immunitaire pour hâter la récupération.

Rhumes se résolvent habituellement en 7 à 14 jours. Pendant cette période, cependant, les symptômes ou les conditions dans les listes ci-dessous — adapté de « Naturellement Healthy Kids » — peut être le motif d'inquiétude élevée. Le livre de mm. Jerry Rubin, Dean Prina, Nancy Lataitis et Jordan R. Klein se concentre sur l'intégration des traitements conventionnels et holistiques pour des maladies courantes des enfants.

Appelez votre pédiatre immédiatement lorsqu'un des symptômes suivants sont présent:

• Essoufflement ou respiration rapide — plus de 60 respirations par minute chez le nourrisson ou plus de 40 respirations / minute chez l'enfant âgé de moins de 2 — surtout en l'absence de fièvre.

lipitor générique apotex

Auch lokal kann sich die Grippe in ihrer Prognose verschlechtern, wenn sie nicht richtig ausheilt. Im Bereich der Nase und Neben- sowie Stirnhöhle kann Sekretstau zu Schmerzen und chronischen Befunden führen. Im Bereich der abwärts gehenden Atemwege können die chronische Bronchitis oder Lungenentzündung die Prognose negativ beeinflussen.

Starke Beteiligung der Mandeln kann dazu führen, dass die Mandeln stark zerklüftet werden und in ihrer Funktion dann nicht mehr richtig einsatzfähig sind. Dann kommt es häufig zum mitunter problematischen Etagenwechsel zu Bronchien und Lunge. Auch ein Reizhusten, wie er oft zum Ende der Grippe auftritt, kann die Prognose verschlechtern, wenn er ein hyperreagibles Bronchialsystem verursacht.

Gegen Husten, Schnupfen und Schluckbeschwerden hilft das Inhalieren von Tee oder Salzwasser bei 42 bis 47 Grad. Akuter Schnupfen kann durch abschwellende Nasentropfen oder pflanzliche Präparate aus dem Fachhandel gelindert werden. Eine sanfte Alternative ist das Ausspülen der Nase mit lauwarmem Wasser oder Kamillentee. Bei starken Halsschmerzen empfiehlt sich Gurgeln mit Salbeitee oder Präparaten aus der Apotheke. Bewährt haben sich auch ätherische Öle und Lösungen aus verschiedenen Heilpflanzen wie Kamille, Melisse, Ingwer oder Anis. Hohem Fieber lässt sich unter anderem mit Wadenwickeln und kühlenden Auflagen entgegenwirken.

Im Zweifelsfall sollte allerdings der Notarzt gerufen werden, da bei hohen Temperaturen mitunter Lebensgefahr besteht. Ansonsten gilt: auf ein feuchtes Klima im Schlafraum achten. Zugluft oder Kälte sollten jedoch vermieden werden. Bei einer Grippe sollten vor allem der Brustkorb, die Füße und die Hals- und Nackenregion stets gut gewärmt werden.

Grippewelle 2016: Grippe-Symptome, Influenza-Therapien und Medikamente

Zahl der bestätigten Erkrankungen in der Vorsaison höher
Fieber, Kopfschmerzen, Gliederschmerzen: Die Grippewelle ist in vollem Gange. Nicht alle Regionen in Deutschland sind gleichermaßen betroffen. Laut Zahlen des Robert-Koch-Instituts (RKI) gibt es neben dem Osten aktuell auch eine Häufung der Influenza-Fälle in Baden-Württemberg, Nordrhein-Westfalen und Niedersachsen. Auch für Süddeutschland wird derzeit eine „deutlich erhöhte Influenza-Aktivität“ gemeldet. Wie aus den Wochenberichten des RKI hervorgeht, wurden für die siebte Kalenderwoche bundesweit 3.081 laborbestätigte Influenzafälle übermittelt. Damit hat sich die Fallzahl seit Oktober auf 13.290 summiert. In der vorangehenden Saison lag die Zahl der bestätigten Erkrankungen weitaus höher.

Verlauf der Grippewelle nicht vorherzusagen
Grundsätzlich lässt sich der Verlauf einer Grippesaison nicht vorhersagen. Zwar beginnt die Saison meist im Januar und dauert im Durchschnitt drei bis vier Monate, doch diesmal wurden bereits im Oktober erste Grippe-Fälle in Berlin und Brandenburg gemeldet. Meldepflichtig ist Grippe in Deutschland nicht. Die Arbeitsgemeinschaft Influenza (AGI) wertet die Meldungen von Haus- und Kinderarztpraxen aus, um zu sehen, wie viele Menschen sich damit infiziert haben. Allerdings geht nicht jeder Patient mit einer solchen Erkrankung zum Arzt und auch dort wird bei den entsprechenden Symptomen nicht immer festgestellt ob eine Grippe oder grippaler Infekt vorliegt. Die Dunkelziffer dürfte also in jeder Saison wesentlich höher liegen als die offiziellen Zahlen zeigen.

Besonders viele Schweinegrippe-Fälle
Eine Besonderheit der aktuellen Grippewelle liegt darin, dass sich nach ersten Erkenntnissen viele gesunde Erwachsene mit schwerer Grippe infizieren. Ursache dafür, dass es viel mehr Schweinegrippefälle als im Vorjahr gibt, ist laut dem RKI wohl die aktuelle Dominanz des erst seit 2009 zirkulierenden Virus A(H1N1)pdm09. Das H1N1-Virus ist vielen besser bekannt unter dem Namen „Schweinegrippe“. „Das Virus scheint auch bei jüngeren Erwachsenen und Personen ohne chronische Vorerkrankung mehr schwere Krankheitsverläufe zu verursachen als das A(H3N2)-Virus, das im Vorjahr verbreitet war“, erklärte die Influenza-Expertin des RKI, Dr. Silke Buda laut einer Meldung der Nachrichtenagentur dpa.

Unterschied zwischen Grippe und Erkältung
Da sich die Symptome in gewissem Maße ähneln, ist der Unterschied zwischen Erkältung und Grippe nicht allen Menschen sofort klar. Ein Punkt, an dem ganz deutlich wird, um was es sich handelt ist der Beginn: Eine Grippe tritt ganz plötzlich auf. Oft fühlt man sich morgens noch gesund und abends hat man plötzlich 40 Grad Fieber. In der Regel kommen Symptome wie Kopf-, Glieder- und Knochenschmerzen, Schüttelfrost sowie Husten und Schnupfen dazu. Die Betroffenen fühlen sich meist sehr krank. Ganz wichtig zur Selbstbehandlung bei Grippe und Erkältungskrankheiten ist, viel zu trinken und einige Tage Bettruhe. Die Erkrankung dauert meist fünf bis sieben Tage, Die Inkubationszeit beträgt laut RKI durchschnittlich ein bis zwei Tage.

Im Gegensatz zur Grippe beginnt eine Erkältung normalerweise schleichend mit Beschwerden wie Halskratzen oder Heiserkeit, später folgen Schnupfen und Husten. Oft ist schon nach ein bis zwei Tagen das Schlimmste überstanden. Nach etwa einer Woche sollten alle Symptome verschwunden sein.

Menschen aus Risikogruppen wird zur Impfung geraten
Ob eine Grippe-Impfung sinnvoll ist, muss jeder für sich selbst entscheiden. Nach Angaben des RKI kann sie selbst zu Beginn und im Verlauf der Grippewelle noch Schutz bieten. Gesundheitsexperten empfehlen Menschen aus Risikogruppen, sich impfen zu lassen. So wird Senioren ab 60 Jahren, Schwangeren, chronisch Kranken, Bewohnern von Alters- und Pflegeheimen sowie medizinischem Personal von der Ständigen Impfkommission (STIKO) zur Grippeschutzimpfung geraten. Letztendlich gilt jedoch bei der Grippe-Impfung Pro und Contra gegeneinander abzuwägen. (ad)

achat en ligne menosan quebec streaming

lipitor 20 mg prix en inde

Le rôle de l'inflammation chronique dans l'infection au VIH

Bien que les médicaments anti-VIH aident à réduire énormément la quantité de VIH dans votre corps, l'inflammation chronique causée par l'impact du virus est contrôlée, mais pas éliminée par ces médicaments.

L'inflammation commence dès les stades précoces de l'infection au VIH et persiste au fil du temps. Elle fait partie de la réponse du système immunitaire aux blessures, aux irritations et aux infections. Par exemple, l'inflammation s'enclenche lorsque nous nous coupons, que nous sommes exposés à un allergène ou que nous contractons une infection transmissible sexuellement (ITS). Des cellules du système immunitaire sont activées et se déplacent vers le site de l'infection ou de la blessure. Les signes d'inflammation incluent la rougeur, l'enflure, la sensation de chaleur, la douleur et la perte de fonction.

L'inflammation est un des moyens que le corps utilise pour réparer ou éliminer un problème. Elle peut nous être utile à court terme. Toutefois, lorsque l'inflammation persiste longtemps – c'est-à-dire qu'elle devient chronique – elle cesse d'être bénéfique et peut contribuer à l'apparition de diverses maladies. Si elle n'est pas traitée, l'inflammation a le potentiel de causer de graves dommages: elle peut nuire aux cellules immunitaires, aux organes majeurs et au système nerveux et contribuer aussi à diverses maladies.

Les chercheurs sont en train d'examiner le rôle que joue l'inflammation dans la santé des personnes vivant avec le VIH, notamment en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires, l'ostéoporose, l'insuffisance hépatique et rénale et d'autres maladies organiques qui touchent les personnes séropositives à mesure qu'elles vieillissent avec l'infection.

L’épidémiologie du VIH au Canada – Résumé des statistiques sur le VIH au Canada

Feuillets d'information de CATIE sur:

Derek Thaczuk travaille et fait du bénévolat dans la communauté VIH depuis qu’il a reçu son propre diagnostic en 1992. En plus de fournir des services de soutien pratique et de soins à domicile, Derek a coprésidé le Réseau ontarien de traitement du VIH (OHTN) et occupé le poste de coordonnateur des ressources en traitement à la Toronto People with AIDS Foundation. Derek travaille actuellement à titre de rédacteur et réviseur pigiste pour CATIE et d’autres organismes dont le mandat consiste à fournir, en langage clair et simple, des informations pertinentes sur la santé et le traitement aux personnes vivant avec le VIH.

Les sinus sont des poches d’air situées autour du nez et des yeux. Une sinusite se produit lorsque du fluide s’infecte dans les sinus. Bactéries et virus peuvent causer une sinusite (mais il s’agit d’un virus 200 fois plus souvent que d’une bactérie). La plupart du temps, la sinusite fait suite à un rhume, mais la plupart des personnes enrhumées ne développent pas de sinusite bactérienne. Les symptômes d’une sinusite sont plus sévères et durent plus longtemps que ceux d’un rhume.

  • Maux ou pression dans le visage, mal de tête, mal de dent, fatigue, toux, fièvre.
  • Nez bloqué, et mucus jaune ou verdâtre, durant plus de 10 jours.

  • Acétaminophène ou ibuprofène contre la douleur et la fièvre. Voir le Tableau des médicaments contre la fièvre.
  • Pour soulager la congestion nasale, utilisez des gouttes ou des vaporisations nasales d’eau salée (salines). Voir « Le rhume / L’écoulement nasal ».
  • Un décongestionnant peut soulager la congestion nasale, mais ne diminue pas la durée de la maladie. NOTE: Ne donnez pas de tels produits à un nourrisson ou à un enfant de moins de six ans sans avoir préalablement consulté un médecin. NOTE: Certains décongestionnants contiennent aussi des médicaments contre la fièvre. Vérifiez bien les étiquettes de ces produits et consultez votre pharmacien ou votre médecin pour éviter la possibilité de surdose.
  • Utilisez un humidificateur à vapeur froide.

Enfants: Consultez votre médecin si votre enfant...

  • fait de nouveau de la fièvre, entre 7 et 10 jours après le début du rhume, ou a des symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe
  • a un écoulement nasal jaune ou verdâtre qui persiste après 10 jours
  • a une douleur constante au visage

NOTE : Le retour de symptômes de rhume avec un écoulement nasal transparent indique un nouveau rhume, et pas une sinusite. Il n’est pas nécessaire de consulter un médecin – suivez le traitement indiqué pour le rhume.

Adultes: Les adultes devraient consulter leur médecin, un(e) infirmier(ère) praticien(ne) ou la ligne info-santé de leur province en cas d’aggravation des symptômes ou de signes d’une sévérité inhabituelle.

Rendez-vous à l’urgence si vous ou votre enfant a l’un des symptômes suivants:

lipitor 20 mg vs 10mg

Les virus comme Ebola existent depuis des millions d'années, bien avant l'apparition de l'homme. Ils ne peuvent pas vivre en milieu libre et ils ne sortent que rarement de leur réservoir, car ils n'ont pas la possibilité de coloniser aisément de nouvelles espèces d'hôtes.
La rencontre d'autres espèces est un accident qui n'entraîne pas, à terme, la pérennisation du virus dans une nouvelle espèce.
Les risques sont faibles pour la population humaine sauf là où coexistent une possibilité de contamination primaire, de mauvaises conditions d'hygiène et des structures sociales perturbées.

Bibliographie: articles scientifiques en ligne sur la fièvre Ebola (en anglais)
CDC, Centers for Disease Control and Prevention.
Voir le document

Informations générales

Ebola Virus Haemorrhagic Fever (en anglais/français)
1. L'infection: aspects cliniques, pathologie, taxonomie et morphologie du virus, diagnostic biologique, épidémiologie, programme de plasmaphérèse, problèmes et identification des besoins.
2. Autres fièvres hémorragiques. 3. Problèmes de santé publique. 4. Equipement de laboratoire. 5. Hospitalisation 6. transport et surveillance internationale.
Texte intégral des Proceedings of an International Colloquium on Ebola Virus Infection and Other Haemorrhagic Fevers held in Antwerp, Belgium, 6-8 December, 1977
Voir le document

Fièvre hémorragique virale
Le virus Ebola est l'un des virus les plus pathogènes que l'on connaisse, puisqu'il entraîne la mort chez 50 à 90 % des malades présentant des manifestations cliniques. Transmission, incubation, symptômes, diagnostic, traitement, isolement, contacts, histoire et prévalence, réservoir naturel.
Aide-Mémoire OMS N° 103 revisé décembre 2000.

Le virus Ebola
Les craintes d'extension en Afrique et hors d'Afrique, exprimées après l' épidémie de Kikwit (Zaïre), survenant quelques semaines après la sortie du film "Alerte" et du livre inspiré du même sujet sont-elles justifiées? Historique, mode de transmission et facteurs de risque, clinique, le virus et son réservoir, la clinique, le diagnostic, le traitement.
par Bernard LE GUENNO
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, n° 96/6, 1996, Institut de Veille Sanitaire
Voir le document

Information sur la maladie Fièvre hémorragique Ebola
Ce qu'il faut savoir avant de partir, profil de la maladie, transmission, répartition géographique, symptômes, traitement, prévention et précautions, des éléments à prendre en compte, avis.
Santé Canada - Direction Générale de la Santé de la population et de la Santé Publique, 18 janvier 2001.

Ebola (en anglais)
Articles en texte intégral d'un numéro spécial consacré à la fièvre hémorragique Ebola: observations cliniques, épidémiologie et surveillance, écologie et historique, virologie et pathogénèse, thérapie expérimentale, prévention.
Journal of Infectious disease, Volume 179 · Supplement 1, February 1999

Recommandations en cas d'épidémie

Ebola Outbreaks - Updates (en anglais)
Epidémies de fièvre hémorragique Ebola dans le monde, issues des dépêches de l'OMS, de CNN. de 1995 à nos jours.
Institüt for Molecular Virology, 2001.

Ebola Hemorrhagic Fever (en anglais)
Tableau répertoriant les cas de fièvre Ebola et les épidémies par ordre chronologique.
Disease Information Viral Hemorrhagic Fevers: Fact Sheets
CDC, Centers for Disease Control and Prevention.

ProMEDmail: the global electronic reporting system for outbreaks of emerging infectious diseases & toxins
Actualités épidémiologiques du programme du "International Society for Infectious Diseases", alertes quotidiennes, abonnement à une newsletter.
Recherche dans 'alphabetical index 2001 et 1994-2000" avec le mot clé "ebola".
Voir le document

AllAfrica Gobal Media est un groupe mutimédia, leader dans la distribution d'informations et de nouvelles en provenance d'Afrique. Avec plus d'une centaine d'organes de presse partenaires, AllAfrica distribue, au quotidien, plus de 500 articles de presse aux quatre coins du monde grâce à son réseau de redistributeurs institutionnels et à son site web. Recherche par sujet, par pays.
Actualités sur la peste: taper "ebola"
Voir le document

- épidémie en Ouganda en 2000

Fièvre hémorragique Ebola: 211 cas en Ouganda
Selon les derniers chiffres communiqués par le Ministère de la Santé ougandais, 211 cas ont été recensés au 29 octobre 2000 et 72 décès ont été enregistrés. L'origine généralement unique des flambées et la période d'incubation variable de 2 à 21 jours expliquent la transmission par vague du virus.
Dépêche Caducée.net du 30 octobre 2000.
Voir le document

Fièvre hémorragique Ebola en Ouganda
Santé Canada surveille l'évolution d'une flambée de fièvre hémorragique virale dans la région de Gulu (population de 399 000 habitants) dans le nord de l'Ouganda, à environ 300 km au nord de Kampala, la capitale du pays. Document issu du site de Santé Canada - Le 30 octobre 2000.

Virus Ebola en Ouganda: 149 cas identifiés
Au 22 octobre, le Ministère de la Santé ougandais a signalé 149 cas de fièvre hémorragique due au virus Ebola. Parmi eux, 54 décès ont été enregistrés. Des équipes médicales ougandaises et internationales participent à la prise en charge de la flambée épidémique.
Dépêche Caducée.net du 23 octobre 2000.
Voir le document

Le point sur l'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola au Gabon.
L'épidémie de fièvre hémorragique à virus ébola au Gabon a commencé en juillet 1996. Le premier cas est un chasseur de 39 ans décédé dans la région de Booué, province d'Ogooué-Ivindo. L'OMS a fait état de cette situation épidémique le 14 octobre 1996, après que l'identité du virus Ebola ait été confirmée par le Centre international de recherche médicale de Franceville (CIRMF) le 4 octobre 1996.
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, n° 97/3, Institut de Veille Sanitaire
Voir le document

Le virus Ebola
La récente épidémie de Kikwit (Zaïre) survenant quelques semaines après la sortie d'un film: "Alerte" et du livre inspiré du même sujet,"Virus" a mis le virus Ebola à la une des médias. Les craintes d'extension en Afrique et hors d'Afrique, exprimées alors sont-elles justifiées? Historique, mode de transmission et facteurs de risque, clinique.
Bulletin épidémiologique hebdomadaire - n°6/96 - février 1996.
Voir le document

mentat pas cher paris

crestor 5 mg lipitor équivalent

La vaccination contre la grippe constitue la mesure préventive la plus efficace contre la grippe et ses complications (ex. pneumonie). Le recours aux médicaments antiviraux (amantadine/rimantadine, zanamivir, oseltamivir) à titre prophylactique constitue un moyen complémentaire utile, mais qui ne peut toutefois pas se substituer à la vaccination. Ces médicaments, généralement limités aux groupes à risques, peuvent en principe tous être employés pour la prophylaxie et le traitement de la grippe lors d’épidémies. L’oseltamivir (inhibiteur de la neuraminidase, Tamiflu®) est actuellement homologué en Suisse pour le traitement de la grippe mais non pour sa prophylaxie (prévention).

L’échinacée peut aussi être recommandée comme moyen de prévention naturelle mais ne peut pas être substituée à la vaccination (seul moyen efficace). L’échinacée a principalement un effet immunostimulant. Certaines études remettent toutefois en cause son efficacité.

Le virus de la grippe se transmet facilement d’une personne à l’autre par voie aérienne, au moyen des microgoutelettes et des particules excrétées par les personnes infectées lorsqu’elles toussent ou éternuent. Sans surprise, les mains représentent donc un facteur important dans la propagation de la grippe: elles contribuent en effet à véhiculer et disséminer le virus par contact direct avec tous les types de surface composant notre vie quotidienne.

Se laver soigneusement les mains est un geste simple, efficace et très peu coûteux pour limiter le risque de transmission du virus et dans la prévention de la propagation des infections en général.

La grippe (saisonnière) est une maladie infectieuse provoquée par un virus, l’Influenza virus, un virus à ARN, de la famille des orthomyxovirus.
On distingue plusieurs souches du virus (A, B et C), les virus de type A et B sont les plus fréquents. La souche A est la plus virulente en étant souvent la source de pandémies et d’épidémies. La souche B mène souvent à de petites épidémies ou pandémies, en général bien localisées et non globales. Selon la littérature médicale, la souche C n’a jamais provoqué de grandes épidémies de grippe.
La grippe provoque une atteinte des voies respiratoires (nez, larynx, pharynx, poumon, oreille moyenne). Le virus de la grippe peut s’attaquer à la fois aux voies respiratoires supérieures (gorge, nez…) qu’aux voies respiratoires inférieures (poumon).

Le virus de la grippe se transmet d’une personne à l’autre par l’intermédiaire des particules aériennes (microgoutelettes), transmises par exemple en éternuant ou en toussant. Une simple poignée de main peut également favoriser la transmission du virus. La grippe est ainsi une maladie infectieuse hautement contagieuse.

Une grippe mal soignée peut mener à une surinfection bactérienne, ce qui nécessitera un traitement en général à base d’antibiotiques, cette situation peut être particulièrement critique pour les groupes à risque.

Fièvre et grippe
Une étude canadienne parue en 2014 a montré qu’en cas de grippe, la prise d’antipyrétiques (pour faire baisser la fièvre) augmentait les décès de 1 à 5%. La fièvre, sans qu’elle soit trop élevée, permet de lutter contre le virus de la grippe. Si on abaisse la température, les virus peuvent plus facilement se multiplier. Le risque avec l’usage trop important d’antipyrétiques est aussi que le patient se croit guérit, alors qu’il est encore contagieux, ce qui favorise les épidémies de grippe.

Pandémie de grippe aux Etats-Unis
Les Etats-Unis ont connu 4 pandémies de grippe ces environ 100 dernières années:
1918 – la grippe espagnole (Spanish Flu en anglais). De 1918 à 1920, 27 à 50 millions de personnes sont mortes de la grippe espagnole, certaines sources parlent même de 100 millions de morts comme le relève un article de l’agence de presse allemande dpa en janvier 2018. Aux Etats-Unis, en moins de 4 semaines en 1918 la grippe espagnole a tué plus de 650’000 personnes. Les premières infections de grippe ont commencé dans le nord de la côte est pour rapidement (en quelques jours et semaines) se répandre dans tout le pays et atteindre notamment la Californie. En Allemagne, la grippe espagnole aurait fait 426’000 morts et en Suisse presque 25’000 morts, selon l’agence dpa. En Europe comme en Allemagne, la grippe a sévi par vague avec une épidémie au printemps 2018 et surtout un pic en automne qui s’est avéré très mortel. Beaucoup d’hommes en bonne santé âgés de 20 à 40 ans sont morts de la grippe espagnole. A cette époque les antibiotiques n’existaient pas, par conséquent les personnes mouraient aussi de complications de maladies bactériennes comme la tuberculose et la pneumonie, des infections amplifiées et aggravées par la grippe.
1957 – la grippe asiatique (Asian Flu)
1968 – la grippe de Hong-Kong (Hong Kong Flu)
2009 – la grippe H1N1 (H1N1 outbreak). En 2009 la grippe a mené aux Etats-Unis à environ 60,8 millions de malades, 274’000 hospitalisations et plus de 12’000 morts.

– En Suisse, la grippe (saisonnière) entraîne annuellement quelque 200’000 consultations médicales, 5’000 hospitalisations et entre 400 et 1’000 décès selon l’intensité de l’épidémie. Ces chiffres peuvent toutefois fortement varier d’une saison à l’autre.

Infographie – grippe en Suisse pendant la saison 2017-2018 jusqu’à la semaine épidémiologique 51 (technologie: Creapharma.ch et Pharmapro.ch). On peut noter qu’en Suisse le seuil épidémiologique de la grippe a été dépassé lors de la 51ème semaine épidémiologique de l’année 2017, soit fin décembre 2017.

Infographie – grippe en Suisse pendant la saison 2016-2017 (technologie: Creapharma.ch et Pharmapro.ch)

Pendant l’hiver 2012-2013, quelque 270’000 personnes se sont rendues chez le médecin pour une affection grippale, soit 3% de la population. Les enfants et les jeunes de moins de 15 ans ainsi que les adultes de plus de 64 ans ont représenté les catégories de personnes qui ont été les plus touchées par le virus pendant l’hiver 2012-2013.

lipitor pour le cholestérol

lipitor les ventes par an

Buvez beaucoup d’eau pour briser la congestion nasale, prévenir la déshydratation et garder votre gorge humide.

Les boissons aux fruits ou sodas, les tisanes, de même que la soupe de poulet de votre grand-mère pourront aussi vous soulager.

Vous pouvez également utiliser un humidificateur ou profiter de l’humidité d’une douche chaude pour la décongestion du nez.

Vous pouvez faire bouillir une casserole d’eau, et respirer la vapeur s’évaporant

Une solution saline en vaporisateur nasal est tout aussi utile.

Ou faites votre propre rinçage à l’eau salée pour irriguer et éliminer les particules de bactéries de votre nez.

De nombreuses personnes atteintes de rhume se mouchent souvent de la mauvaise manière, cela retarde la guérison.

Lorsque vous soufflez fortement sur le mouchoir, cette pression peut transporter le flegme de germes porteurs de nouveau dans vos conduits auditifs, provoquant maux d’oreilles.

La meilleure façon de vous moucher est d’appuyer un doigt sur une narine pendant que vous soufflez doucement sur l’autre.

Appliquez une noisette de baume mentholée sous votre nez pour ouvrir les voies respiratoires et calmer la peau irritée à la base du nez.

La menthe, la pommade d’eucalyptus et de camphre soulagent aussi la douleur du nez.

Les liquides chauds apaisent la congestion nasale, préviennent la déshydratation, et apaisent les membranes enflammées du nez et de la gorge.

Faites une tisane avec une cuillère à café de miel, un peu de whisky et d’eau chaude.

Ou préparez une infusion avec quelques feuilles de thym, une rondelle de citron et de la poudre de sureau.

Merci de partager nos remèdes naturels contre le rhume avec vos amis Facebook

Les symptômes qui permettent de distinguer le rhume de la grippe

Nous avons tous entendu quelqu’un dire qu’il a la grippe. Mais est-ce la grippe ou un très mauvais rhume?

Il peut être difficile de faire la différence entre un rhume et la grippe parce que les symptômes sont souvent très semblables. Même si un rhume peut vous rendre très malade, la grippe entraîne parfois des problèmes de santé graves, comme une pneumonie.

Voici quelques différences possibles entre les symptômes du rhume et ceux de la grippe:

Fièvre. Elle est rare en cas de rhume, mais plutôt courante en cas de grippe. Elle apparaît soudainement et peut durer jusqu’à trois ou quatre jours.

Courbatures. Un rhume peut provoquer ce genre de douleurs, mais elles sont généralement faibles. En cas de grippe, les courbatures sont très courantes et souvent fortes — on dit souvent pour les décrire qu’on a l’impression d’être passé sous un camion.