depo provera et stérilité

Ebola (en anglais)
Articles en texte intégral d'un numéro spécial consacré à la fièvre hémorragique Ebola: observations cliniques, épidémiologie et surveillance, écologie et historique, virologie et pathogénèse, thérapie expérimentale, prévention.
Journal of Infectious disease, Volume 179 · Supplement 1, February 1999

Recommandations en cas d'épidémie

Ebola Outbreaks - Updates (en anglais)
Epidémies de fièvre hémorragique Ebola dans le monde, issues des dépêches de l'OMS, de CNN. de 1995 à nos jours.
Institüt for Molecular Virology, 2001.

Ebola Hemorrhagic Fever (en anglais)
Tableau répertoriant les cas de fièvre Ebola et les épidémies par ordre chronologique.
Disease Information Viral Hemorrhagic Fevers: Fact Sheets
CDC, Centers for Disease Control and Prevention.

ProMEDmail: the global electronic reporting system for outbreaks of emerging infectious diseases & toxins
Actualités épidémiologiques du programme du "International Society for Infectious Diseases", alertes quotidiennes, abonnement à une newsletter.
Recherche dans 'alphabetical index 2001 et 1994-2000" avec le mot clé "ebola".
Voir le document

AllAfrica Gobal Media est un groupe mutimédia, leader dans la distribution d'informations et de nouvelles en provenance d'Afrique. Avec plus d'une centaine d'organes de presse partenaires, AllAfrica distribue, au quotidien, plus de 500 articles de presse aux quatre coins du monde grâce à son réseau de redistributeurs institutionnels et à son site web. Recherche par sujet, par pays.
Actualités sur la peste: taper "ebola"
Voir le document

- épidémie en Ouganda en 2000

Fièvre hémorragique Ebola: 211 cas en Ouganda
Selon les derniers chiffres communiqués par le Ministère de la Santé ougandais, 211 cas ont été recensés au 29 octobre 2000 et 72 décès ont été enregistrés. L'origine généralement unique des flambées et la période d'incubation variable de 2 à 21 jours expliquent la transmission par vague du virus.
Dépêche Caducée.net du 30 octobre 2000.
Voir le document

Fièvre hémorragique Ebola en Ouganda
Santé Canada surveille l'évolution d'une flambée de fièvre hémorragique virale dans la région de Gulu (population de 399 000 habitants) dans le nord de l'Ouganda, à environ 300 km au nord de Kampala, la capitale du pays. Document issu du site de Santé Canada - Le 30 octobre 2000.

Virus Ebola en Ouganda: 149 cas identifiés
Au 22 octobre, le Ministère de la Santé ougandais a signalé 149 cas de fièvre hémorragique due au virus Ebola. Parmi eux, 54 décès ont été enregistrés. Des équipes médicales ougandaises et internationales participent à la prise en charge de la flambée épidémique.
Dépêche Caducée.net du 23 octobre 2000.
Voir le document

hytrin pas cher livraison rapide fleurs

acheter provera en france

  • Je viens vous voir parce que je fais des sinusites chaque fois que je suis enrhumé. (Non, les véritables sinusites sont très rares, il s’agit d’une douleur des sinus, fréquente en cas de rhume)
  • Je viens parce que mon rhume est tombé sur les bronches. (Non, si vous n’avez pas de pathologie bronchique connue, il est normal de tousser pendant quelques semaines après un rhume. On considère la toux normale jusqu’à 6 semaines et aucun antitussif n’y changera rien.)
  • Je fais des rhumes sans arrêt toute l’année. (Il faut bien vérifier le nombre et la fréquence et s’il y en a beaucoup, il ne s’agit plus de rhino-pharyngite, mais d’une rhinite allergique.)
  • Comme ce n’était pas grave, j’ai donné des médicaments vendus sans ordonnance. (Grosse erreur, beaucoup de médicaments vendus sans ordonnance pour la rhinite et la toux sont dangereux, particulièrement chez l’enfant.)
  • Je n’ai pas donné de médicament, seulement des gouttes nasales. (Piège: les pulvérisations nasales, même vendues sans ordonnance, peuvent être très dangereuses chez l’enfant, et aussi chez l’adulte.)
  • Mais alors, pourquoi sont-ils en vente libre s’ils sont dangereux? (C’est une bonne question, mais il n’y a, hélas, pas de réponse intelligente à cette question.)

Prescrire rédaction
Vasoconstricteurs, intoxications d'enfants
Prescrire, janvier 2013, T 33, N° 351, p 25

Prescrire rédaction
Médicaments de la toux et du rhume, des effets indésirables trop graves face à des troubles bénins
Prescrire, octobre 2009, tome 29, N° 312, p 751-752

La grippe et le rhume ont plusieurs points en commun. Ce sont deux maladies des voies respiratoires causées par un virus. Plusieurs virus peuvent causer des symptômes qui ressemblent au rhume alors que la grippe est, par définition causéee par le virus de l’influenza.

Le rhume et la grippe débutent souvent par un mal de gorge ( ou ce qui est appelé angine en France). Puis, rapidement dans les quelques jours qui suivent, on remarque un écoulement nasal et unecongestion. Par la suite, la personne infectée présente de la toux.

Alors si les symptômes de la grippe et du rhume se ressemblent tant, comment les différencier?

Bien que ces deux maladies se manifestent par des symptômes des voies respiratoires elles se différencient sur plusieurs points. Les symptômes généraux, comme la fièvre et la fatigue, sont beaucoup plus importants lors d’une grippe. Alors que la personne qui a lerhume continue le plus souvent à travailler, la personne atteinte de la grippe est beaucoup plus souvent absente du travail pendant quelques jours, principalement à cause de l’intensité de la fatigue. De plus la fièvre est habituellement absente ou très légère lors d’unrhume alors qu’elle peut être beaucoup plus variable lors d’unegrippe, En général les individus atteints de la grippe présentent unefièvre plus élevée. par contre, chez les personnes très malades, comme par exemple les personnes âgées, la fièvre peut être absente.

Les autres symptômes, comme les maux de tête et les douleurs abdominales, sont pratiquement absents lors de rhume mais souvent présents en cas de grippe.

Le rhume envoie rarement son hôte à l’hôpital alors que c’est relativement fréquent avec la grippe. Parmi les complications de la grippe, il faut noter les bronchites, les pneumonies, lesbronchopneumonies et l’exacerbation des crises d’asthme. Cescomplications de la grippe sont le plus souvent rencontrées chez les personnes âgées, les jeunes enfants et les personnes déjà aux prises avec un problème de santé comme:

  • une maladie cardiovasculaire chronique
  • une maladie pulmonaire chronique ( emphysème, bronchite chronique, etc)
  • un cancer ou encore une sous chimiothérapie
  • une insuffisance rénale chronique
  • un traitement immunosuppresseur
  • le diabète
  • etc

achat en ligne arava medication package

provera 10 mg pilule

Le vaccin contre la grippe et le vaccin pneumococcique peuvent être administrés en même temps – par conséquent, en recevant le vaccin antigrippal annuel, demandez à votre médecin s’il est approprié de recevoir le vaccin antipneumococcique pour vous protéger et protéger les membres de votre famille 7.

Ce que vous ne savez pas peut vous faire du tort:

Vaccins411 a fait des recherches et compilé une liste de conseils utiles, d’articles et de ressources sur la grippe et les maladies pneumococciques. La liste est publiée sur la page des ressources de Vaccins411.

Ce texte est une présentation de notre partenaire

Cette information ne doit pas remplacer les soins et les conseils prodigués par votre médecin. Votre médecin peut recommander des traitements différents en fonction de vos antécédents et de votre situation.

Sources

Note: les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable avec le temps. Merci.

Mis à jour le 08/02/17 à 12h53

L'épidémie a une durée moyenne de neuf semaines en France.

Ouf! Le pic de l’épidémie de grippe saisonnière est passé, a annoncé ce mercredi Santé publique France, qui évalue à 14.300 « le nombre de décès en excès » toutes causes confondues, dont une partie est attribuable à cette maladie.

L’agence observe une baisse des passages chez le médecin pour syndrome grippal, avec 340 consultations pour 100.000 habitants au cours de la semaine du 30 janvier au 5 février, contre 429 la semaine précédente.

Les régions Pays de la Loire, Hauts-de-France et Centre-Val de Loire sont les plus touchées, précise le réseau de surveillance Sentinelles dans son bulletin hebdomadaire.

Rétrospectivement, « la consolidation des données du réseau Sentinelles permet de confirmer le passage du pic » au cours de la semaine du 16 au 22 janvier, qui avait enregistré 437 consultations pour 100.000 habitants, détaille Santé publique France dans son propre bulletin.

Toutes les régions de France métropolitaine restent en « phase épidémique », souligne-t-elle toutefois.

L’épidémie de grippe saisonnière, due à un virus très contagieux, a une durée moyenne de neuf semaines en France, selon les données historiques de Sentinelles depuis 1984. Il arrive toutefois qu’elle dure plus longtemps, comme lors de l’hiver 2009-2010, où elle s’était étendue sur 16 semaines.

1,8 million de consultations pour grippe ont eu lieu depuis le début de l’épidémie. 1.190 cas graves ont nécessité une admission en réanimation, après passage aux urgences, et 163 patients sont décédés en réanimation, précise aussi Santé publique France.

La grande majorité de ces cas graves (68 %) concerne des patients âgés de 65 ans et plus. Sur la seule semaine dernière, 3.599 passages aux urgences ont été liés à la grippe, dont 625 ont nécessité une hospitalisation.

La « hausse de mortalité toutes causes confondues » observée depuis mi-décembre « concerne quasi exclusivement les personnes âgées de 65 ans ou plus », note aussi l’agence publique.

Au cours de la semaine du 16 au 22 janvier, la dernière semaine analysée, le nombre de décès observé est « toujours significativement supérieur à celui attendu », mais la hausse est « moindre » qu’au cours des semaines précédentes.

acheter provera en france

Les gouttes nasales ou les vaporisateurs nasaux qui contiennent une solution saline normale (une solution d’eau salée à faible concentration) peuvent être utilisés pour amollir le mucus contenu dans le nez et aider votre enfant à mieux respirer. N’utilisez pas de gouttes nasales ou de vaporisateurs nasaux qui contiennent des médicaments. N’utilisez pas de gouttes nasales hypertoniques (3% ou plus) sans en parler à votre médecin.

Les analgésiques et les médicaments pour soulager la fièvre

Les principaux médicaments pour soulager la douleur (les analgésiques) en vente libre sont l’acide acétylsalicylique (ASA), l’acétaminophène et l’ibuprofène. Les produits qui renferment de l’acide acétylsalicylique (comme l’aspirine) ne devraient pas être administrés aux enfants et aux adolescents pour soigner la fièvre causée par le rhume, la varicelle ou la grippe, car ils peuvent provoquer le syndrome de Reye, une maladie qui peut entraîner des lésions au cerveau et au foie.

Pour calmer la fièvre et la douleur légère à modérée chez les enfants, il faut utiliser de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène. On trouve de l’acétaminophène dans des produits comme Tylenol, Tempra, Panadol et d’autres. L’ibuprofène se trouve dans des produits comme Advil ou Motrin. Ces produits sont offerts sous forme de gouttes pour les nourrissons, de liquide pour les tout-petits et de comprimés à croquer pour les enfants plus âgés.

L’ibuprofène devrait être administré seulement si l’enfant boit raisonnablement bien. N’en donnez pas à un bébé de moins de 6 mois avant d’en parler à votre médecin. N’utilisez pas d’ibuprofène ou d’acétaminophène avec un autre analgésique ou un autre médicament pour calmer la fièvre, à moins que votre médecin vous le recommande. Certains médicaments contre le rhume renferment ces produits en plus d’autres médicaments.

Assurez-vous de lire attentivement l’étiquette pour savoir ce que contient le produit, afin de ne pas administrer à votre enfant une double dose du même médicament. Chaque médicament renferme une dose différente d’acétaminophène, par exemple. D’ordinaire, ces médicaments sont sécuritaires et contribuent à soulager la douleur et la fièvre. Toutefois, il peut être nuisible de prendre un médicament en trop grande quantité ou d’utiliser un médicament pendant une longue période.

Il n’est pas toujours nécessaire d’administrer des médicaments à l’enfant pour abaisser sa fièvre. Communiquez avec votre médecin si votre bébé (de moins de 6 mois) fait de la fièvre.

Pour en savoir plus sur le moyen et le moment de traiter la fièvre, lisez le document d’information sur la fièvre et la prise de la température.

« Naturel » ne veut pas toujours dire sécuritaire. Certaines substances peuvent être nuisibles si vous en prenez une trop grande quantité, tandis que d’autres provoquent des effets secondaires ou des réactions allergiques.

Ce n’est pas parce qu’un produit est sécuritaire pour les adultes qu’il l’est pour les enfants. Les enfants sont encore en train de grandir et de se développer, et leur corps peut réagir différemment de celui des adultes à un produit ou à un médicament.

provera 10 mg et allaitement

Un acouphène pulsatile n’a rien à voir avec un acouphène continu qui est provoqué par un dommage occasionné au nerf auditif de l’oreille interne, dans la cochlée.

Cependant, on peut rencontrer ces deux types d’acouphenes en même temps.

Une affection grave, comme un problème de tension artérielle, peut être à l’origine d’acouphènes pulsatiles.

Connue sous le nom d’ hypertension, une forte pression artérielle peut se présenter sous forme de nombreux symptômes. Mais, elle peut aussi ne se manifester par aucun symptôme.

Bien entendu, un bourdonnement dans les oreilles peut être un symptôme lié à la pression artérielle. Cependant, ce n’est pas un symptôme courant.

Généralement, les patients souffrant d’hypertension artérielle, et, qui ont des acouphenes pulsatiles, ne commencent à entendre un bruit dans l’oreille qu’à partir du moment où ils se mettent à prendre des médicaments destinés à résoudre leur problème de tension artérielle.

L’acouphène peut alors se résoudre de lui-même, après quatre à six semaines, environ, ou à la suite d’un changement de médication.

D’autres patients, qui ont développé des acouphènes en raison de leur hypertension artérielle, peuvent voir ceux-ci disparaître après avoir pris des médicaments destinés à faire baisser leur tension artérielle.

Plusieurs autres raisons peuvent être à l’origine des acouphènes pulsatiles. L’une des causes les plus fréquentes d’un acouphene pulsatile est l’ hypertension intracrânienne bénigne.

Il s’agit d’un état caractérisé par une augmentation de la pression du liquide céphalo-rachidien qui baigne le cerveau. Cette affection peut notamment se trouver chez de jeunes femmes en surpoids.

La présence d’une tumeur glomique peut aussi être la cause d’acouphènes pulsatiles. C’est une tumeur vasculaire bénigne que l’on trouve généralement dans l’oreille, ou juste au-dessous de l’artère, et qui résulte d’une accumulation de cholestérol dans la paroi artérielle.

Un acouphene pulsatile peut être dû également à une infection ou à une inflammation de l’oreille moyenne.

Suivant les conséquences de l’acouphene pulsatile, on peut envisager des traitements différents.

Dans le cas d’une hypertension artérielle, le médecin peut être amené à prescrire un médicament dont le but est de réduire les symptômes.

Cependant, il est important de signaler à votre médecin tous les effets secondaires pouvant résulter de la prise d’un nouveau médicament.

viagra féminin en pharmacie

provera 10 mg pilule

In den letzten Jahren kam es immer wieder zu einer Mutation der Viren, welche unter anderem als „Schweinegrippe“ oder „Vogelgrippe“ bekannt wurden. Gegen die meisten relevanten Typen der Influenza Viren existiert ein Impfstoff, der als einziger prophylaktischer Schutz vor der Erkrankung verfügbar ist und in der Regel von den gesetzlichen und privaten Krankenkassen bezahlt wird.

Eine Erkrankung mit Influenza Viren kann unterschiedlich schwere Symptome aufweisen. Dies hängt besonders davon ab, wie das Immunsystem der erkrankten Person mit dem Virus fertig wird. So sind besonders immunschwache Menschen wie Kinder, ältere Menschen und Menschen, die durch Medikamente oder einer Erkrankung ein schwaches Immunsystem aufweisen, von schweren Symptomen der Influenza betroffen. Jedoch auch Personen, welche vor der Erkrankung völlig gesund waren und ein gesundes Immunsystem aufweisen, können unter den Symptomen der Influenza sehr leiden. Insgesamt können somit schwache Verläufe der Erkrankung bis hin zu starken Beeinträchtigungen des Körpers auftreten.

Schwierig für die Diagnose der Erkrankung ist, dass die Symptome bei einer Erkrankung mit einem Influenza Virus sehr unspezifisch sind. Das bedeutet, dass eine Erkrankung mit einem solchen Virus nicht immer gleich als solche erkannt werden kann. Es exisitieren jedoch einige Warnzeichen, die bei korrekter Deutung einen Hinweis auf das Vorliegen einer echten Grippe geben. So ist ein akuter, plötzlicher Krankheitsbeginn typisch für eine Erkrankung mit dem Virus. Die Erkrankung und die Symptome, die mit dieser einhergehen, können innerhalb von einigen Stunden auftreten. Ein meist im Vergleich zu einer „normalen Erkältung“ längerer Verlauf und damit längerer Zeitraum, in dem die Symptome der Erkrankung spürbar sind, ist ein weiteres Indiz, dass es sich bei der Erkrankung um eine „echte Grippe“ handelt, welche von einem Influenza Virus ausgelöst wurde.

Die relativ unspezifischen Symptome, welche bei der Erkrankung meist verspürt werden, sind geprägt von hohem Fieber (bis zu 40°C), ein damit verbundener Schüttelfrost, Kopf- und Gliederschmerzen, Abgeschlagenheit, Müdigkeit sowie einem generellen Krankheitsgefühl. Die Symptome sind in der Regel so stark, dass ein normaler Tagesrhythmus durch sie unterbrochen werden muss und die meiste Zeit der Erkrankung geruht werden muss. Weitere typische Symptome, welche die Atemwege betreffen, sind eine Schwellung der Nasenschleimhäute und ein trockener Husten. Symptome des Magen-Darm Traktes beinhalten eine ausgeprägte Appetitlosigkeit, Übelkeit, Erbrechen, und das Auftreten von starken Durchfällen.

In den meisten Fällen bestehen die Symptome der Influenza 7-14 Tage bevor diese abklingen. Da alle der genannten Symptome auch bei einer normalen Erkältung auftreten können, wundert es nicht, dass diese oft als „grippaler Infekt“ bezeichnet werden. Durch die Durchführung einer Diagnostik vom behandelnden Arzt kann jedoch relativ zuverlässig eine „echte Grippe“ von einem „grippalen Infekt“, also einer Erkältung, unterschieden werden.

Wie gut ist Ihr Immunsystem? Sind Sie ausreichend gegen Krankheitserreger gewappnet?
Beantworten Sie hierzu 30 kurze Fragen und ermitteln Sie die Stärke Ihres Immunsystem, sowie erhalten hilfreiche Tipps.
Hier geht´s direkt zum Test Immunsystem

Im Vordergrund der Diagnose der Erkrankung mit dem Influenza Virus steht das Arzt-Patienten Gespräch im Rahmen der Anamnese der erkrankten Person. Wichtig ist hierbei vor allem die Erfragung des Immunstatus des Patienten, da hierbei das individuelle Risiko der Erkrankung von dem Arzt abgeschätzt werden kann. So haben Personen, welche ein geschwächtes Immunsystem aufweisen, ein stark erhöhtes Risiko für das Auftreten von Komplikationen während des Krankheitsverlaufs der Influenza. Auch die Symptome, mögliche Vorerkrankungen, Allergien, Medikamente, und die individuellen Lebensgewohnheiten werden in diesem Gespräch erfragt.

Ein weiterer wichtiger Schritt in der Diagnosefindung ist die körperliche Untersuchung. Speziell bei dem Verdacht auf eine Erkrankung mit einem Influenza Virus kommt vor allem die sogenannte Auskultation des Betroffenen zum Einsatz. Hierbei wird die Lunge von dem Arzt mittels eines Stethoskops abgehört. Bestimmte Geräusche, welche durch das Ein- beziehungsweise Ausatmen entstehen, können dem behandelnden Arzt ein Hinweis auf die Erkrankung mit einem Influenza Virus sein.

Auch die Palpation, also das Abtasten der Bauchorgane kann ein Hinweis auf die Situation des Erkrankten geben. So kann hierdurch besonders die Situation des Magen-Darm Trakts beurteilt werden.

Da diese Tests zwar den Verdacht einer Erkrankung mit dem Influenza Virus erhärten, jedoch nicht 100%-ig bestätigen können, kann ein Abstrich der Schleimhäute erfolgen, durch dessen das Vorliegen des Virus bestätigt werden kann. Hierbei wird ein Wattestäbchen an der Nasenschleimhaut oder der Mundschleimhaut abgestrichen, und das Material für die Diagnose in ein Labor geschickt. Sollte eine Erkrankung mit dem Influenza Virus vorliegen, wird die DNA des Virus in der Probe nachgewiesen und die Diagnose mit Sicherheit bestätigt werden.

Alternativ kann auch das Blut der betroffenen Person verwendet werden, um die Diagnose zu stellen. Vor allem nach 7 Tagen nach dem Ausbruch der Grippe können im Blut eine ausreichende Menge an Antikörpern nachgewiesen werden, die spezifisch für das Vorliegen der Erkrankung sind und der Nachweis dieser somit die Erkrankung bestätigt. Ein weiterer Parameter, welche den Verdacht auf das Vorliegen einer Erkrankung mit Influenza Viren erhärten kann stellt die sogenannte Blut-Senkungs-Geschwindigkeit (kurz: BSG oder BSR) dar. Dieser Wert gibt an, wie viel Zeit vergeht, bis die zellulären Bestandteile des Blutes sich zu einem Großteil von den nicht zellulären Bestandteilen des Blutes getrennt haben. Ein positiver Befund, also wenn diese Geschwindigkeit erhöht ist, kann jedoch auch für das Vorliegen anderer Erkrankungen sprechen, weshalb diese Methode nicht sehr selektiv für das Vorliegen einer Influenza Erkrankung beweist.

Deutlich besser und sensitiver sind eine Reihe von Schnelltests, welche bei positivem Befund mit großer Sicherheit das Influenzavirus nachweisen können. Vor allem dann, wenn die Diagnose mittels Laborbefund zu lange dauern würde für den Beginn einer Therapie, werden diese Schnelltests gerne angewandt. Das Prinzip dieser Tests beruht auf einer Antikörper-Antigen Reaktion. Wichtig ist hierbei zu erwähnen, dass die Durchführung dieser Tests derzeit nicht von den gesetzlichen Krankenkassen übernommen wird.

Die Therapie der erkrankten Person erfolgt je nach Risikoprofil ganz individuell. Das bedeutet, dass einer immunschwachen Person eine andere Therapie empfohlen werden sollte, als einer Person, bei welcher das eigene Immunsystem vermutlich stark genug ist, die Erkrankung selbst in den Griff zu bekommen. Da im ungünstigsten Fall die Erkrankung bei immunschwachen Personen sogar bis zum Tod führen kann, steht der zeitige Beginn der Therapie der Erkrankung bei diesen Personen im Vordergrund. Bei Personen, welche in diese Gruppe fallen, wird eine antivirale Therapie durchgeführt, wohingegen bei Personen mit kompetenten Immunsystem eine sogenannte symptomatische Therapie im Vordergrund steht, welche zwar nicht die Ursache der Erkrankung, jedoch die unangenehmen Beschwerden welche mit dieser einhergehen, behandelt.

Antivirale Therapie: Die antivirale Therapie bekämpft die für die Influenza verantwortlichen Viren direkt. Je nachdem, wann die Therapie mit diesen Medikamenten begonnen wird, kann die Dauer der Erkrankung durch den Einsatz dieser deutlich verkürzt werden. Wichtig ist diese Behandlung bei immungeschwächten Patienten, da sich nachweisen ließ, dass bei frühzeitigem Beginn einer antiviralen Therapie die Anzahl der gefährlichen Komplikationen bei Patienten mit Influenza Viren und geschwächtem Immunsystem deutlich zurückging. Es existieren zwei unterschiedliche Wirkstoffe, welche für eine antivirale Therapie bei Vorliegen einer Erkrankung mit Influenza Viren in Frage kommen. So sind zum einen Medikamente auf dem Markt, welche ein spezifisches Membranprotein hemmen, welches für das Überleben des Virus wichtig ist, sowie die häufiger verwendeten sogenannten Neuraminidase-Hemmer.

Die Neuraminidase-Hemmer hemmen, wie der Name vermuten lässt die sogenannte Neuraminidase. Durch die Hemmung dieses Enzyms, kann sich das Virus nicht mehr von der Wirtszelle lösen und die Verbreitung des Virus im Körper wird somit effektiv unterbunden.

Beide verfügbaren Medikamente verhindern die Ausbreitung und Vermehrung der Viren, weshalb sie auch Virostatika genannt werden. Das „abtöten“ der Viruszellen, welche sich schon im Körper befinden muss demnach das eigene Immunsystem leisten. Dennoch stellen diese Medikamente bei zeitigem Beginn der Therapie eine hilfreiche Unterstützung für das Immunsystem dar und können gefährliche Situationen für immunschwache Patienten verhindern. Ein Beginn der Therapie nach 48 Stunden nach dem Auftreten der ersten Symptome wird durch Experten jedoch als nicht sinnvoll erachtet, da nach dieser Zeit zu viele aktive Viren im Körper vorhanden sind, die durch die verfügbaren Medikamente nicht abgetötet werden können.

achat provera en ligne sans ordonnance

Amygdalite chronique est une infection persistante des amygdales. Les infections répétées peuvent entraîner la formation de petites poches (cryptes) dans les amygdales qui abritent des bactéries. Fréquemment, petit, nauséabondes pierres odorantes se trouvent dans ces cryptes. Ces pierres (tonsilloliths) peuvent contenir des quantités élevées de sulfamides. Quand on les écrase, ils dégagent l'odeur caractéristique d'œuf pourri qui cause la mauvaise haleine. Ils peuvent également donner à un patient le sentiment de quelque chose d'être pris dans le fond de la gorge.

Un abcès péri-amygdalien est une collection de pus derrière les amygdales qui pousse l'un des amygdales vers la luette (le tissu mou de premier plan qui pend à l'arrière de la gorge supérieure. Il est généralement très douloureuse et est associée à une diminution de la capacité d'ouvrir la bouche. Si elle n'est pas traitée, l'infection peut se propager en profondeur dans le cou causant des complications potentiellement mortelles et obstruction des voies aériennes.

Tous les parents sont très affectés lorsque leurs bébés tombent malades. Cependant, les virus existent. Et même si vous prenez toutes les précautions nécessaires, vous ne pouvez pas forcément éviter les rhumes.

Ces derniers sont très communs, surtout pendant les mois très froids. En outre, ils peuvent s’aggraver si une bactérie profite des défenses faibles. En effet, cela peut entraîner une bronchiolite ou même une pneumonie chez le bébé. Par conséquent, nous vous expliquons comment prévenir les rhumes chez les bébés.

Une des raisons pour lesquelles les bébés ont un rhume est que leur système immunitaire n’est pas complètement développé. De plus, à mesure qu’ils grandissent, ils veulent tout explorer. Et cela leur mettre tout ce qu’ils voient dans leur bouche.

D’un autre côté, ils peuvent aussi être contaminés lorsqu’ils touchent un objet contaminé avec leurs mains. Et enfin, les changements constants de température contribuent de la même manière à l’apparition de cette condition.

Parmi les symptômes les plus fréquents, nous trouvons:

  • La coulée de mucus transparent à travers le nez. Au bout d’environ une semaine, il se transforme en un autre mucus épais, de couleur jaune ou verte
  • Des éternuements répétés
  • Une douleur légère de la gorge
  • La perte d’appétit
  • Des difficultés pour dormir
  • Une respiration agitée
  • Un déclin général
  • De la toux, de la fièvre, de la diarrhée et des vomissements

A quel moment faut-il emmener le bébé chez le médecin?

Si le bébé a moins de 3 mois, vous devez appeler le médecin lorsque vous remarquez l’un de ces symptômes. C’est encore plus nécessaire et urgent lorsqu’il a une forte fièvre qui dépasse 38 degrés.

De 3 mois à un an, il est nécessaire de consulter le médecin s’il a une forte fièvre de 38,5 degrés et une toux excessive. En effet, cela pourrait être un indicateur de bronchiolite ou de pneumonie.

Il existe de nombreux conseils pour prévenir les rhumes chez les bébés. Nous en soulignerons 7 qui aideront les parents à protéger les enfants de cette maladie:

Le lait maternel est essentiel pour prévenir les rhumes chez les bébés. Par conséquent, nourrissez-le constamment. Bien que le lait maternel ne soit pas une défense contre la maladie, il rend le bébé moins malade, car il contient des anticorps qui protègent contre les germes.

Évitez, dans la mesure du possible, que le bébé entre en contact avec une personne qui a un rhume. En effet, cette dernière pourrait le propager. Dans le cas où quelqu’un a un rhume et veut visiter le bébé, veuillez lui dire de le faire un autre jour, lorsque le stade de la contagion est passé.

« Les changements de température constants contribuent à l’apparition des rhumes ».

Il est essentiel que vous gardiez le bébé au chaud. Si vous sortez, habillez-le bien. Assurez-vous de bien protéger ses mains, ses pieds et sa tête du froid. Cependant, ne l’enveloppez pas trop pour pas qu’il commence à transpirer.

Nourrissez-le correctement. Vous pouvez inclure de nombreux fruits et légumes dans l’alimentation du bébé. Il est également bon pour lui de consommer des fruits à haute teneur en vitamine C. Bien qu’elle ne soigne pas les rhumes, elle aide à renforcer le système immunitaire, qui combat les virus.

Tout le monde autour de lui devrait se laver les mains fréquemment avant de toucher le bébé. Il faut considérer que beaucoup de germes sont transmis par les mains. Aussi, essayez de garder ses jouets propres, car les bébés mettent tout dans leur bouche.

ovule flagyl alcool

achat provera en belgique

Food poisoning is a common illness. It is usually mild, but can become severe and in some cases fatal. Symptoms of food poisoning (such as nausea, vomiting, abdominal cramping, and diarrhoea) may start suddenly (within 48 hours) of having contaminated food or drink, or may be as late as 70 days. These symptoms are affected by many factors including type of contaminant, the amount eaten, age and your overall health.


How long does food poisoning last


Symptoms may progress rapidly, within a few hours or slowly over days to weeks. In most cases food poisoning is not serious, and has a self limiting course (runs its course in 24-48 hours).


Noroviruses a common cause of food poisoning causes mild illness (often termed "stomach flu") with nausea, vomiting, diarrhoea, abdominal pain, headache, and low-grade fever. The symptoms improve within two to three days. Similarly, food poisoning because of most other bacteria and virus improves in a few days (2-3 days). However, all infections do not have this good prognosis and short course of illness. Some infections such as that of Hepatitis A virus can cause symptoms which may last for about two months. Some cases can have even more prolonged illness or relapse for up to six months.


Food poisoning because of toxins can have a short or prolonged course. Ciguatera poisoning caused by consumption of fish that contains toxins produced by marine algae may cause prolonged symptoms. In many cases, symptoms improve in days or weeks, but in some they may persist for years. Scombroid toxin which is transmitted in seafood (mostly mahi-mahi and tuna) or Swiss cheese causes symptoms for a short period of time. The symptoms may last from four to six hours, and rarely more than one or two days.

Both average life expectancy and the prevalence of diabetes are continuing to rise.

Amongst the elderly population, type 2 diabetes is a growing problem, and a larger proportion of newly diagnosed diabetics are older.

Treating and diagnosing diabetes amongst the elderly requires a flexible and unique approach.

What are the differences in diagnosing diabetes amongst the elderly when compared to diabetes amongst the young?

There are numerous physiological changes underway as our bodies grow and adapt to their age.

Elderly people who are at risk of developing diabetes, or who have already developed the disease, may not exhibit the classic symptoms expected.

Age-related changes can mean that some symptoms will be masked, or harder to spot.

What are the differences in treatment of diabetes amongst the elderly when compared to diabetes amongst the young?

Treating diabetes amongst the elderly can present unique challenges. Other disabilities associated with aging can contribute to the complexity of strictly self-managing diabetes.

Impaired physical functioning amongst some elderly patients can mean that adjusting to a diabetes care routine is more difficult.

Cognitive impairment can also provide an obstacle.

Are there increased risks when an elderly person develops diabetes?

Elderly people are often more frail and susceptible to illness.

This can mean diabetes-related complications are more common and harder to manage.

Furthermore, exercise and adapting a diet can be more difficult for elderly people, and problems can arise in these areas.

achat provera en ligne sans ordonnance

depo provera prix canada

une amie m’a dit que son fils a eu un début de sinusite à cause de ces dents(des dents vraiment abimées).Je voudrais savoir si c’est vrai,car mon fils a des problèmes dentaires

bonjour li parait que j’ai des globules blancs dans mes urines est ce une infection grave et quelle est cette maladie?

bonjour j’ai remarqué que j’ai le nez qui est bouché j’éternu en plus je ne supporte pas les odeurs est ce l’ashme ou autre chose

Bonjours ma mere est atteinte de la sinusite et elle souhaiterai savoir
D’ou vient cette maladie, enfin es que c’est a cause d’une allergie, es ce que c’est un virus …

La sinusite est une maladie des sinus.
La conjonctivite est une inflammation, une infection ou une irritation de la conjonctive.

bonjour,
une sinusite peut-elle entrainer une conjonctivite (avec production de pus), puis une sécheresse oculaire?
si oui comment faut-il traiter?

j’ai tres mal a la tete une barre au front je n’en dors pas des nuits.j’ai regardé les sortes de sinusites.je ne trouve pas mon mal.pouvez vous me dire si c’est bien les sinuses.je me mouche beaucoup.merci

bonsoir je mapelle estelle jai des probleme de sinuzite mal de tete vertige mal au ventre et jai aussi vdes bu
ouchon dans les oreilles cela fait depuis une semaine

1) Non la sinusite n’est pas héréditaire
2) La sinusite peut être soignée
3) Ce n’est pas un des problèmes de santé les plus dangereux.

bonjour à tous! l’article est interessant mais, ne réponds pa à toutes mes questions. la sinusite est elle héréditaire? peut elle etre complètement soignée? est – elle dangereuse?? merci à tous!

Le saviez vous: Les symptômes de la sinusite sont variables selon la localisation de l’atteinte sinusienne.

Ainsi différents tableaux cliniques sont rencontrés: sinusite maxillaire, ethmoïdales, frontales ou sphénoïdales.

Infection pulmonaire: comment là détecter et que faire pour vous soigner efficacemcent?

Une infection pulmonaire n’est jamais une chose bénigne. Parce qu’elle loge dans l’une des parties essentielles de notre anatomie, en l’occurrence les poumons et les bronches, elle peut, si elle n’est pas correctement traitée et dans les plus brefs délais, occasionnée des dégâts importants, voire même mortels.

Pneumonie, bronchite, pneumopathie, abcès du poumon, autant de maladies de degrés divers qui découlent d’une infection agissant au niveau de vos poumons.

Les éléments déclencheurs d’une infection pulmonaire sont légion, mais la plupart du temps ils sont dus:

Les symptômes d'inflammation pulmonaire se déclinent de la sorte:

➤ Une respiration sifflante et irrégulière,
➤ Une respiration anormalement rapide,
➤ Des douleurs au niveau du thorax,
➤ Des palpitations,
➤ De la tachycardie,
➤ Des vomissements,
➤ De la toux,
➤ Un sentiment prononcé de fatigue,
➤ Une perte de l’appétit,
➤ Des crachements de sang.