acheter zocor eureka orléans

B and T cells both recognize and help eliminate foreign molecules (antigens), such as those that are part of invading organisms, but they do so in different ways. B cells secrete antibodies, proteins that bind to antigens. Since antibodies circulate through the humours (i.e., body fluids), the protection afforded by B cells is called humoral immunity. T cells, in contrast, do not produce antibodies but instead directly attack invaders. Because this second type of acquired immunity depends on the direct involvement of cells rather than antibodies, it is called cell-mediated immunity. T cells recognize only infectious agents that have entered into cells of the body, whereas B cells and antibodies interact with invaders that remain outside the body’s cells. These two types of specific, acquired immunity, however, are not as distinct as might be inferred from this description, since T cells also play a major role in regulating the function of B cells. In many cases an immune response involves both humoral and cell-mediated assaults on the foreign substance. Furthermore, both classes of lymphocytes can activate or enhance a variety of nonspecific immune responses.

Lymphocytes are distinguished from other cells by their capacity to recognize foreign molecules. Recognition is accomplished by means of receptor molecules. A receptor molecule is a special protein whose shape is complementary to a portion of a foreign molecule. This complementarity of shape allows the receptor and the foreign molecule to conform to each other in a fashion roughly analogous to the way a key fits into a lock.

Receptor molecules are either attached to the surface of the lymphocyte or secreted into fluids of the body. B and T lymphocytes both have receptor molecules on their cell surfaces, but only B cells manufacture and secrete large numbers of unattached receptor molecules, called antibodies. Antibodies correspond in structure to the receptor molecules on the surface of the B cell.

Any foreign material—usually of a complex nature and often a protein—that binds specifically to a receptor molecule made by lymphocytes is called an antigen. Antigens include molecules found on invading microorganisms, such as viruses, bacteria, protozoans, and fungi, as well as molecules located on the surface of foreign substances, such as pollen, dust, or transplanted tissue. When an antigen binds to a receptor molecule, it may or may not evoke an immune response. Antigens that induce such a response are called immunogens. Thus, it can be said that all immunogens are antigens, but not all antigens are immunogens. For example, a simple chemical group that can combine with a lymphocyte receptor (i.e., is an antigen) but does not induce an immune response (i.e., is not an immunogen) is called a hapten. Although haptens cannot evoke an immune response by themselves, they can become immunogenic when joined to a larger, more complex molecule such as a protein, a feature that is useful in the study of immune responses.

Many antigens have a variety of distinct three-dimensional patterns on different areas of their surfaces. Each pattern is called an antigenic determinant, or epitope, and each epitope is capable of reacting with a different lymphocyte receptor. Complex antigens present an “antigenic mosaic” and can evoke responses from a variety of specific lymphocytes. Some antigenic determinants are better than others at effecting an immune response, presumably because a greater number of responsive lymphocytes are present. It is possible for two or more different substances to have an epitope in common. In these cases, immune components induced by one antigen are able to react with all other antigens carrying the same epitope. Such antigens are known as cross-reacting antigens.

T cells and B cells differ in the form of the antigen they recognize, and this affects which antigens they can detect. B cells bind to antigen on invaders that are found in circulation outside the cells of the body, while T cells detect only invaders that have somehow entered the cells of the body. Thus foreign materials that have been ingested by cells of the body or microorganisms such as viruses that penetrate cells and multiply within them are out of reach of antibodies but can be eliminated by T cells.

The specific immune system (in other words, the sum total of all the lymphocytes) can recognize virtually any complex molecule that nature or science has devised. This remarkable ability results from the trillions of different antigen receptors that are produced by the B and T lymphocytes. Each lymphocyte produces its own specific receptor, which is structurally organized so that it responds to a different antigen. After a cell encounters an antigen that it recognizes, it is stimulated to multiply, and the population of lymphocytes bearing that particular receptor increases.

How is it that the body has such an incredible diversity of receptors that are always ready to respond to invading molecules? To understand this, a quick review of genes and proteins will be helpful. Antigen receptor molecules are proteins, which are composed of a few polypeptide chains (i.e., chains of amino acids linked together by chemical bonds known as peptide bonds). The sequence in which the amino acids are assembled to form a particular polypeptide chain is specified by a discrete region of DNA, called a gene. But if every polypeptide region of every antigen receptor were encoded by a different gene, the human genome (all the genetic information encoded in the DNA that is carried on the chromosomes of cells) would need to devote trillions of genes to code just for these immune system proteins. Since the entire human genome contains approximately 25,000 genes, individuals cannot inherit a gene for each particular antigen receptor component. Instead, a mechanism exists that generates an enormous variety of receptors from a limited number of genes.

What is inherited is a pool of gene segments for each type of polypeptide chain. As each lymphocyte matures, these gene segments are pieced together to form one gene for each polypeptide that makes up a specific antigen receptor. This rearrangement of alternative gene segments occurs predominantly, though not entirely, at random, so that an enormous number of combinations can result. Additional diversity is generated from the imprecise recombination of gene segments—a process called junctional diversification—through which the ends of the gene segments can be shortened or lengthened. The genetic rearrangement takes place at the stage when the lymphocytes generated from stem cells first become functional, so that each mature lymphocyte is able to make only one type of receptor. Thus, from a pool of only hundreds of genes, an unlimited variety of diverse antigen receptors can be created.

Still other mechanisms contribute to receptor diversity. Superimposed on the mechanism outlined in simplified terms above is another process, called somatic mutation. Mutation is the spontaneous occurrence of small changes in the DNA during the process of cell division. It is called somatic when it takes place in body cells (Greek soma means “body”) rather than in germ-line cells (eggs and sperm). Although somatic mutation can be a chance event in any body cell, it occurs regularly in the DNA that codes for antigen receptors in lymphocytes. Thus, when a lymphocyte is stimulated by an antigen to divide, new variants of its antigen receptor can be present on its descendant cells, and some of these variants may provide an even better fit for the antigen that was responsible for the original stimulation.

The antigen receptors on B lymphocytes are identical to the binding sites of antibodies that these lymphocytes manufacture once stimulated, except that the receptor molecules have an extra tail that penetrates the cell membrane and anchors them to the cell surface. Thus, a description of the structure and properties of antibodies, which are well studied, will suffice for both.

vente abana himalaya herbals

achat en ligne zocor 10 mg

Lorsque les humains ont un rhume, ils souvent ne fonctionnent pas de la fièvre, et s'ils le font, il est généralement de qualité inférieure. Mais les chevaux peut exécuter des fièvres très élevées quand ils obtiennent un rhume. La température normale d'un cheval est quelque part autour de 37,8 degrés Celsius, et tout ce qui précède 102 est considéré comme une fièvre, selon l'Alabama Cooperative Extension System. Chevaux peut exécuter jusqu'à 105.5 fièvres dans les premiers stades d'une infection des voies respiratoires, y compris un rhume, selon Horse Talk of New Zealand. La fièvre peut se produire pour une courte période de temps, mais elle retourne souvent plusieurs jours plus tard.

Chevaux peut montrer une variété d'autres signes et symptômes, quand ils ont le rhume. Ils peuvent paraître déprimés et sera mangent et boivent moins que d'habitude ou pas du tout. Le cheval peut apparaître léthargique et ne veulent pas participer à des activités normales. Fréquence cardiaque et la respiration du cheval aussi peuvent devenir élevées, qui est habituellement en réponse à une fièvre.

Rhume (infection des voies respiratoires): Symptômes, Causes et Traitements

Abdomen | Médecine générale | Rhume (infection des voies respiratoires)

Le rhume fait référence à une infection virale des voies respiratoires supérieures. Les symptômes du rhume peuvent inclure des maux de gorge, la toux, l’écoulement nasal, la congestion nasale et les éternuements.

Les voies respiratoires supérieures sont formées par les sinus, les voies nasales, le pharynx et le larynx. Ces structures dirigent l’air respiré de l’extérieur de la trachée et des poumons, formant le cycle de respiration. Une infection des voies respiratoires supérieures est un processus infectieux selon les structures des voies aériennes supérieures.

Les infections respiratoires aigües comprennent la rhinite, la pharyngite / amygdalite et la laryngite et leurs complications peuvent inclure: des sinusites, une infection de l’oreille et parfois des bronchites. Mais les bronches sont généralement classées comme faisant partie du tractus respiratoire inférieur. Les symptômes des infections des voies respiratoires supérieurs comprennent généralement l’écoulement nasal, la toux, les maux de tête, les maux de gorge, la congestion nasale, la fièvre légère, la pression du visage et les éternuements. L’apparition des symptômes débute habituellement 1-3 jours après l’exposition. La maladie dure habituellement 7-10 jours.

Le rhume peut être causé par un certain nombre de différents types de virus étant aussi une maladie auto-limitée contagieuse. Plus de 200 virus différents ont été isolés chez les patients ayant des infections des voies respiratoires supérieurs. Le virus le plus commun est appelé le rhinovirus. D’autres virus comprennent le virus parainfluenza, le coronavirus, l’adénovirus, l’entérovirus et le virus respiratoire syncytial.

L’influenza (ou la grippe) est une maladie systémique plus grave qui implique généralement les voies respiratoires supérieures. La grippe est une cause relativement rare de syndrome grippal.

Les infections respiratoires supérieures sont les plus communes les mois d’automne et d’hiver, de septembre à mars, mais elles peuvent aussi survenir à tout moment. Cela peut s’expliquer par le fait que cette période correspond à la période scolaire où les enfants et les adolescents passent beaucoup de temps dans des groupes et dans des endroits clos. En outre, de nombreux virus de l’infection des voies respiratoires supérieures se développent dans des endroits avec un faible taux d’humidité en hiver.

Un historique et un examen physique sera effectué. Une radiographie thoracique est effectuée dans le but d’exclure la pneumonie. Le traitement comprend des médicaments pour la fièvre (acétaminophène, ibuprofène), les antihistaminiques pour les nez qui coule excessivement et des liquides par voie orale pour inverser la déshydratation. Il n’existe actuellement aucun vaccin contre le rhume….

Le rhume (appelé également rhinite infectieuse ou coryza) est une inflammation d'origine virale des muqueuses du nez. Ces tissus sensibles sont exposés en permanence à tous les agresseurs présents dans l'air ambiant: virus, mais aussi bactéries, poussières, particules polluantes. De temps en temps, un virus s'accroche; et le rhume s'installe.

Pour s'en débarrasser, l'organisme active le système immunitaire. L'afflux de sang augmente, les muqueuses gonflent et empêchent la respiration par le nez: c'est le nez bouché. Parallèlement, les glandes qui sécrètent en permanence un mucus utile pour maintenir l'humidité de la muqueuse du nez et nous défendre contre les microbes sont stimulées à l'excès. Leur production augmente: le nez coule, c'est la rhinorrhée.

Le rhume au sens strict du terme concerne uniquement le nez, mais il peut entraîner des symptômes plus larges:

  • maux de tête dus au fait que le nez est bouché et que les sinus sont enflammés;
  • éternuements fréquents;
  • toux à cause du mucus qui s'écoule dans la gorge et l'irrite.

Dans le cadre d'un syndrome grippal: gorge douloureuse et douleurs musculaires.

vente acticin pharmacie

effets secondaires zocor 40

Dr. med. Mira Seidel ist freie Autorin der NetDoktor-Medizinredaktion.

Dieser Text entspricht den Vorgaben der ärztlichen Fachliteratur, medizinischen Leitlinien sowie aktuellen Studien und wurde von Medizinern geprüft.

Schweinegrippe-Symptome ähneln teilweise den Beschwerden einer saisonalen Grippe. Das gilt etwa für hohes Fieber, trockener Reizhusten, Kopf- und Gliederschmerzen. Darüber hinaus sind aber auch Magen-Darm-Beschwerden wie Übelkeit und Erbrechen gängige Schweinegrippe-Symptome. Bei der normalen Grippe kommt es dagegen meist nicht zu Magen-Darm-Problemen. Hier erfahren Sie alles über Schweinegrippe-Symptome.

Typische Schweinegrippe-Symptome sind plötzliches hohes Fieber (38,5°C oder mehr), trockener Reizhusten, Halsschmerzen, Muskel- und/ oder Kopfschmerzen. Auch ein allgemeines Krankheitsgefühl wie Frösteln und Mattigkeit, Schweißausbrüche und eine laufende Nase treten auf. Häufige Schweinegrippe-Symptome sind außerdem Übelkeit, Erbrechen und Durchfall.

Schweinegrippe-Symptome: Unterschiede zur normalen Grippe

Die Schweinegrippe und die klassische Influenza sind sich in vielen Punkten ähnlich. Plötzliches Fieber, Unwohlsein, Husten, Kopf- und Gliederschmerzen treten bei beiden Grippe-Formen auf. Darüber hinaus aber verursacht die Schweinegrippe Symptome im Magen-Darm-Bereich wie Übelkeit, Erbrechen und Durchfall. Bei der normalen saisonalen Grippe hingegen entwickeln sich meist keine Magen-Darm-Beschwerden. Um festzustellen, ob es sich wirklich um Schweinegrippe-Symptome oder um Anzeichen der saisonalen Grippe handelt, ist ein Labortest notwendig.

Umgangssprachlich wird das Wort „Grippe“ auch oft für eine normale Erkältung benutzt. Eine Grippe (Influenza) ist jedoch nicht dasselbe wie eine Erkältung. So ruft eine Grippe (auch die Schweinegrippe) Symptome hervor, die in der Regel schwerer sind als bei einer Erkältung. Letztere verursacht außerdem kein hohes Fieber.

Schweinegrippe-Symptome: Komplikationen können dazukommen

Die Krankheitsdauer bei Schweinegrippe beträgt meist fünf bis sieben Tage. Sie kann sich aber deutlich verlängern, wenn beispielsweise Komplikationen hinzukommen. Solche manifestieren sich bevorzugt im Bereich der Lunge. So ist eine häufige Komplikation der Schweinegrippe die Lungenentzündung (Pneumonie). Diese wird entweder durch das Schweinegrippe-Virus selbst verursacht oder aber durch eine zusätzliche Infektion („Superinfektion“) mit Bakterien. Ebenfalls möglich ist es, dass sich eine bestehende chronische Lungenerkrankung durch eine Schweinegrippe-Infektion akut verschlimmert (Exazerbation).

Darüber hinaus kann eine Schweinegrippe beispielsweise zu einer Muskelentzündung (Myositis) und zur Auflösung von quergestreiften Muskelfasern (Rhabdomyolyse), wie sie in der Skelettmuskulatur vorkommen, führen. Auch eine Hirnentzündung (Enzephalitis) und eine Herzmuskelentzündung (Myokarditis) sind möglich.

Komplikationen im Bereich des Zentralnervensystems wie die Enzephalitis entwickeln sich dabei hauptsächlich bei Kindern. Bei diesen werden die Schweinegrippe-Symptome zudem häufig von einer Mittelohrentzündung (Otitis media) begleitet.

Wenn Sie mögliche Schweinegrippe-Anzeichen an sich feststellen, sollten Sie umgehend einen Arzt informieren. Rufen Sie ihn zuerst an, damit er eventuelle Vorsichtsmaßnahmen in der Praxis treffen kann, die das Ansteckungsrisiko für andere Patienten und das Personal verringern. Handelt es sich tatsächlich um Schweinegrippe-Symptome, kann sofort eine entsprechende Behandlung eingeleitet werden.

© S. Hofschläger / pixelio.de

© S. Hofschläger / pixelio.de

acheter zocor internet forum

Parmi les adolescents et les jeunes adultes, l’infection par le virus d’Epstein-Barr s’accompagne d’une altération significative de l’état général: fièvre qui n’a rien distinctif ou en termes de son élévation (38 à 40 ° C), ou son évolution au cours de la journée (continue ou récurrente, elle finira par venir vers le bas), une fatigue extrême, une perte d’appétit, gonflement des ganglions dans le cou en particulier, les aisselles et l’aine, mais le plus souvent indolore rouge gorge, bilatérale, symétrique, et la colite ulcéreuse non, de la difficulté à maintenir le sommeil plus de 2-3 h, des douleurs musculaires, maux de tête, troubles respiratoires liés au gonflement des ganglions lymphatiques, et même d’augmenter la taille de la rate (splénomégalie) et la jaunisse, la méningite, nerveuses ou cardiaques ou des réactions auto-immunes.

Il est aussi souvent une éruption cutanée qui est localisé sur le tronc et la racine des jambes et des bras. Cette éruption est parfois spontanée, mais le plus souvent déclenchée par la capture de l’ampicilline (antibiotique souvent prescrit en cas d’angine de poitrine).Ce n’est pas une véritable allergie à cet antibiotique, mais une réaction spécifique dans le cas d’infection par l’EBV.

Le diagnostic est basé sur les signes cliniques et des changements dans le sang (lymphocytes augmenté et surtout la présence de cellules caractéristique appelée l’INM), il est donc nécessaire d’effectuer un test sanguin et de détecter des anticorps spécifiques contre le virus avec des tests sérologiques.

Le premier test effectué est le test de laboratoire national de métrologie qui est sensible et peut détecter un large personnes récemment infectées (elle est positive dans 80% des cas en cas d’infection récente). Ce test est survenue chez 3% des cas de faux positifs (test positif quand il n’ya pas d’infection). Ce premier test devrait être complété par un test de confirmation:

La mononucléose infectieuse est une maladie bénigne, mais elle nécessite souvent une longue convalescence. Aucun antibiotique Il affecte le cours de la prestation disease.The d’un traitement antiviral n’est pas prouvée.

Il n’y a pas de traitement spécifique, mais vous pouvez prendre des analgésiques, sauf l’aspirine (pas recommandé en cas d’infection virale pour les enfants de moins de 16 ans, car il peut provoquer le syndrome de Reye, rare mais souvent mortelle).Pour contrôler la fièvre, qui peut dépasser 39 ° C, et soulager la douleur, le repos est nécessaire, mais s’il ya un risque de complications (fièvre persistante, des dommages au foie) l’hospitalisation peut être envisagée.

En cas de surinfection de la pharyngite streptococcique, l’utilisation d’antibiotiques est nécessaire, mais en évitant les dérivés de la pénicilline (ampicilline), car ils peuvent provoquer une éruption cutanée et peut aggraver les symptômes de la maladie.

Si les symptômes sont agressifs, on peut régresser manifestations (haute température, hépatite, ictère hémolytique ou complications nerveuses) par un bref traitement à la prednisone (5 à 10 jours). L’avantage d’utiliser des corticostéroïdes dans les formes légères n’est pas établi.

La théorie de l’apnée primaire pendant le sommeil (le pédiatre américain Steinschneider croit que certains nourrissons ‘oublié’ de respirer pendant le sommeil) en vogue dans les années 80 est maintenant abandonnée.

Les bébés qui dorment sur le dos sans couette ni d’oreiller, à température modérée (18 ° -19 ° C) et la limitation du tabagisme passif ont permis des progrès inattendus:

simvastatine 20 mg zocor

Ebola (en anglais)
Articles en texte intégral d'un numéro spécial consacré à la fièvre hémorragique Ebola: observations cliniques, épidémiologie et surveillance, écologie et historique, virologie et pathogénèse, thérapie expérimentale, prévention.
Journal of Infectious disease, Volume 179 · Supplement 1, February 1999

Recommandations en cas d'épidémie

Ebola Outbreaks - Updates (en anglais)
Epidémies de fièvre hémorragique Ebola dans le monde, issues des dépêches de l'OMS, de CNN. de 1995 à nos jours.
Institüt for Molecular Virology, 2001.

Ebola Hemorrhagic Fever (en anglais)
Tableau répertoriant les cas de fièvre Ebola et les épidémies par ordre chronologique.
Disease Information Viral Hemorrhagic Fevers: Fact Sheets
CDC, Centers for Disease Control and Prevention.

ProMEDmail: the global electronic reporting system for outbreaks of emerging infectious diseases & toxins
Actualités épidémiologiques du programme du "International Society for Infectious Diseases", alertes quotidiennes, abonnement à une newsletter.
Recherche dans 'alphabetical index 2001 et 1994-2000" avec le mot clé "ebola".
Voir le document

AllAfrica Gobal Media est un groupe mutimédia, leader dans la distribution d'informations et de nouvelles en provenance d'Afrique. Avec plus d'une centaine d'organes de presse partenaires, AllAfrica distribue, au quotidien, plus de 500 articles de presse aux quatre coins du monde grâce à son réseau de redistributeurs institutionnels et à son site web. Recherche par sujet, par pays.
Actualités sur la peste: taper "ebola"
Voir le document

- épidémie en Ouganda en 2000

Fièvre hémorragique Ebola: 211 cas en Ouganda
Selon les derniers chiffres communiqués par le Ministère de la Santé ougandais, 211 cas ont été recensés au 29 octobre 2000 et 72 décès ont été enregistrés. L'origine généralement unique des flambées et la période d'incubation variable de 2 à 21 jours expliquent la transmission par vague du virus.
Dépêche Caducée.net du 30 octobre 2000.
Voir le document

Fièvre hémorragique Ebola en Ouganda
Santé Canada surveille l'évolution d'une flambée de fièvre hémorragique virale dans la région de Gulu (population de 399 000 habitants) dans le nord de l'Ouganda, à environ 300 km au nord de Kampala, la capitale du pays. Document issu du site de Santé Canada - Le 30 octobre 2000.

Virus Ebola en Ouganda: 149 cas identifiés
Au 22 octobre, le Ministère de la Santé ougandais a signalé 149 cas de fièvre hémorragique due au virus Ebola. Parmi eux, 54 décès ont été enregistrés. Des équipes médicales ougandaises et internationales participent à la prise en charge de la flambée épidémique.
Dépêche Caducée.net du 23 octobre 2000.
Voir le document

sueurs nocturnes et cymbalta

vente zocor famille trabelsi

1. Personnes, y compris les enfants à partir de l’âge de 6 mois et les femmes enceintes*, atteintes d’une des pathologies suivantes:

  • Affections broncho pulmonaires chroniques répondant aux critères de l’ALD 14 (asthme et bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO);
  • Insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives quelle que soit la cause, y compris les maladies neuromusculaires à risque de décompensation respiratoire, les malformations des voies aériennes supérieures ou inférieures, les malformations pulmonaires ou les malformations de la cage thoracique;
  • Maladies respiratoires chroniques ne remplissant pas les critères de l’ALD mais susceptibles d’être aggravées ou décompensées par une affection grippale, dont asthme, bronchite chronique, bronchiectasies, hyper-réactivité bronchique;
  • Dysplasie broncho-pulmonaire (traitée au cours des six mois précédents par ventilation mécanique, oxygénothérapie prolongée ou traitement médicamenteux continu par corticoïdes, bronchodilatateurs ou diurétiques);
  • Mucoviscidose;
  • Cardiopathies congénitales cyanogènes ou avec une hypertension artérielle pulmonaire ou une insuffisance cardiaque;
  • Insuffisances cardiaques graves;
  • Valvulopathies graves;
  • Troubles du rythme graves justifiant un traitement au long cours;
  • Maladies des coronaires;
  • Antécédents d’accident vasculaire cérébral;
  • Formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie, poliomyélite, myasthénie, maladie de Charcot);
  • Paraplégie et tétraplégie avec atteinte diaphragmatique;
  • Néphropathies chroniques graves;
  • Syndromes néphrotiques;
  • Drépanocytoses, homozygotes et doubles hétérozygotes S/C, thalassodrépanocytose;
  • Diabète de type 1 et de type 2;
  • Déficit immunitaire primitif ou acquis (pathologies oncologiques et hématologiques, transplantation d’organe et de cellules souches hématopoïétiques, déficits immunitaires héréditaires, maladies inflammatoires ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur), excepté les personnes qui reçoivent un traitement régulier par immunoglobulines, sujets infectés par le VIH quels que soient leur âge et leur statut immunovirologique;
  • Femmes enceintes sans facteur de risque spécifique (dès le premier trimestre de grossesse);
  • Personnes obèses (indice de masse corporel supérieur ou égal à 40);
  • Nouveau: personnes atteintes d'une hépatopathie chronique, avec ou sans cirrhose*.

2. Personnes séjournant dans un établissement ou service de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement, quel que soit leur âge.

3. Entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis: prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de broncho dysplasie (traitée au cours des six mois précédents par ventilation mécanique, oxygénothérapie prolongée ou traitement médicamenteux continu par corticoïdes, bronchodilatateurs ou diurétiques) et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection de longue durée.

4. Pour les femmes sans facteur de risque spécifique qui accouchent durant la période de circulation virale, et dont l’enfant présente des facteurs de risque, une vaccination est recommandée et devrait être pratiquée à la maternité.

  • Professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque de grippe sévère;
  • Personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs (guides).

Remarque.

Les personnes faisant l'objet d'une recommandation vaccinale peuvent être vaccinées par un infirmier ou une infirmière (arrêté du 19 juin 2011).

Nouveau en 2016: les sages-femmes peuvent vacciner (prescription et administration du vaccin) également l'entourage de l'enfant et l'entourage de la femme enceinte, alors qu’auparavant leur champ de prescription était l'administration du vaccin chez la femme enceinte.

De 6 mois à 35 mois:

  • Primovaccination: 2 demi-doses à un mois d'intervalle (0,25 ml chacune)
  • Sinon: 1 demi-dose (0,25 ml)

  • Primovaccination: 2 doses à un mois d'intervalle (0,5 ml)
  • Sinon: 1 dose (0,5 ml)

acheter zocor en france livraison rapide

Symptômes du rhume

Les symptômes du rhume apparaissent habituellement deux jours après que la personne ait été infectée. Les premiers symptômes sont le mal de gorge, l'enrouement, des éternuements et l'écoulement de sécrétions nasales.

Le rhume peut aggraver les symptômes d'autres affections comme l'asthme et les maladies pulmonaires obstructives chroniques. Il peut aussi mener à une bronchite bactérienne, à une pharyngite, à une pneumonie ou à une otite.

Différences entre symptômes de la grippe et du rhume

Voici les différences entre les symptômes du rhume et de la grippe selon le site du Ministère de la Santé du Québec:

Fièvre (Température entre 38 °C et 40 °C)
Grippe: Habituelle. Début soudain. Durée de 2 à 5 jours
Rhume: Rare

Toux
Grippe: Habituelle. Durée d'environ 1 semaine
Rhume: Habituelle, mais légère ou modérée

Maux de tête
Grippe: Habituels et parfois intenses
Rhume: Rares

Douleurs et courbatures
Grippe: Habituelles et parfois intenses
Rhume: Rares et légères

Fatigue
Grippe: Habituelle et intense. Durée de quelques jours, mais peut parfois se prolonger
Rhume: Habituelle, mais légère

lamisil comprimé efficacité

acheter zocor internet forum

Les virus influenza ont la capacité de modifier constamment leurs gènes. Ce processus s'appelle mutation et peut s'effectuer de deux façons:

  • un gène entier d'un sous-type peut se transformer en un autre sous-type;
  • un gène existant peut se modifier à l'intérieur d'un sous-type.

Ce sont ces gènes qui détermineront si le virus causera une infection bénigne ou, au contraire mortelle, chez la personne ou l'animal infecté. Le virus aviaire qui infecte les oiseaux peut se présenter sous au moins 15 sous-types différents et, en général, il n'affecte que la population des oiseaux. Le sous-type le plus dangereux est le H5N1.

Lorsque le virus est détecté parmi les humains, on dit que le virus a franchi la barrière des espèces. Cela signifie que le virus a subi une mutation telle, qu'il peut maintenant causer la maladie chez l'humain. Étant donné que les humains n'ont pas de protection naturelle ou d'immunité contre le virus, ils ont toutes les probabilités de devenir très rapidement malades et même de mourir à la suite des complications de la grippe aviaire.

La transmission de l'oiseau à l'homme: des oiseaux comme les dindes, les oies, et les poulets domestiques viennent en contact avec le virus par le biais de la nourriture, de l'eau ou de particules contaminées par le virus. Le virus peut se propager par les déjections d'oiseaux migrateurs, qui sont des porteurs naturels. Il peut survivre pendant 3 mois à des températures froides. Il peut aussi survivre dans l'eau à 0 °C pendant plus de 30 jours et à 22 °C jusqu'à 4 jours. Si une personne par son travail en contact étroit avec ces oiseaux inhale des particules de poussière contaminées par le virus, ou si elle est contaminée par d'autres modes, elle risque de contracter la grippe aviaire.

Dans les pays où des oiseaux vivants (par ex. les poulets, les oies ou les dindes) sont vendus dans des marchés à côté de porcs ou encore élevés à proximité de porcs, le risque que le virus se recombine avec d'autres sous-types est encore plus élevé. Cela, parce que les virus humains et les virus aviaires peuvent infecter le porc. Ainsi, si un porc est infecté par les deux virus en même temps, différentes parties des virus aviaire et humain peuvent se combiner ensemble. Plus tard, le virus aviaire qui a acquis certains des gènes du virus de l'influenza humain pourra causer la maladie plus facilement chez l'humain.

La transmission entre humains: on tente d'élucider actuellement la capacité du virus à se transmettre facilement de personne à personne.

Les symptômes de l'infection chez les oiseaux dépendent de la forme de virus qui infecte l'oiseau. Un virus qui n'est pas hautement pathogène (c'est-à-dire susceptible de causer la maladie) donnera lieu à une maladie légère. Cette forme d'infection se manifestera par des plumes ébouriffées ou par une diminution de la pondaison chez les oiseaux atteints. Par contre, la forme hautement pathogène du virus peut être si rapidement mortelle que l'oiseau peut mourir le jour même où il est infecté.

Chez l'humain, la grippe aviaire cause des symptômes semblables à ceux d'une grippe classique. Les personnes atteintes peuvent se plaindre des symptômes suivants:

  • un endolorissement musculaire;
  • une toux;
  • une fièvre;
  • un mal de gorge.
Les symptômes se manifestent habituellement 1 à 5 jours suivant le contact avec le virus. L'infection peut mettre la vie en danger en raison de ses complications comme la pneumonie virale et la détresse respiratoire. Une infection oculaire légère peut aussi être un symptôme possible de cette infection.

Des tests diagnostiques en peuvent être demandés par le médecin pour aider à identifier le virus de la grippe. Si vous avez voyagé récemment dans une région du monde où le virus de la grippe aviaire sévit et que vous présentez un des symptômes de la grippe, vous devriez consulter le médecin.

acheter zocor en france livraison rapide

acheter zocor internet forum

In den letzten Jahren kam es immer wieder zu einer Mutation der Viren, welche unter anderem als „Schweinegrippe“ oder „Vogelgrippe“ bekannt wurden. Gegen die meisten relevanten Typen der Influenza Viren existiert ein Impfstoff, der als einziger prophylaktischer Schutz vor der Erkrankung verfügbar ist und in der Regel von den gesetzlichen und privaten Krankenkassen bezahlt wird.

Eine Erkrankung mit Influenza Viren kann unterschiedlich schwere Symptome aufweisen. Dies hängt besonders davon ab, wie das Immunsystem der erkrankten Person mit dem Virus fertig wird. So sind besonders immunschwache Menschen wie Kinder, ältere Menschen und Menschen, die durch Medikamente oder einer Erkrankung ein schwaches Immunsystem aufweisen, von schweren Symptomen der Influenza betroffen. Jedoch auch Personen, welche vor der Erkrankung völlig gesund waren und ein gesundes Immunsystem aufweisen, können unter den Symptomen der Influenza sehr leiden. Insgesamt können somit schwache Verläufe der Erkrankung bis hin zu starken Beeinträchtigungen des Körpers auftreten.

Schwierig für die Diagnose der Erkrankung ist, dass die Symptome bei einer Erkrankung mit einem Influenza Virus sehr unspezifisch sind. Das bedeutet, dass eine Erkrankung mit einem solchen Virus nicht immer gleich als solche erkannt werden kann. Es exisitieren jedoch einige Warnzeichen, die bei korrekter Deutung einen Hinweis auf das Vorliegen einer echten Grippe geben. So ist ein akuter, plötzlicher Krankheitsbeginn typisch für eine Erkrankung mit dem Virus. Die Erkrankung und die Symptome, die mit dieser einhergehen, können innerhalb von einigen Stunden auftreten. Ein meist im Vergleich zu einer „normalen Erkältung“ längerer Verlauf und damit längerer Zeitraum, in dem die Symptome der Erkrankung spürbar sind, ist ein weiteres Indiz, dass es sich bei der Erkrankung um eine „echte Grippe“ handelt, welche von einem Influenza Virus ausgelöst wurde.

Die relativ unspezifischen Symptome, welche bei der Erkrankung meist verspürt werden, sind geprägt von hohem Fieber (bis zu 40°C), ein damit verbundener Schüttelfrost, Kopf- und Gliederschmerzen, Abgeschlagenheit, Müdigkeit sowie einem generellen Krankheitsgefühl. Die Symptome sind in der Regel so stark, dass ein normaler Tagesrhythmus durch sie unterbrochen werden muss und die meiste Zeit der Erkrankung geruht werden muss. Weitere typische Symptome, welche die Atemwege betreffen, sind eine Schwellung der Nasenschleimhäute und ein trockener Husten. Symptome des Magen-Darm Traktes beinhalten eine ausgeprägte Appetitlosigkeit, Übelkeit, Erbrechen, und das Auftreten von starken Durchfällen.

In den meisten Fällen bestehen die Symptome der Influenza 7-14 Tage bevor diese abklingen. Da alle der genannten Symptome auch bei einer normalen Erkältung auftreten können, wundert es nicht, dass diese oft als „grippaler Infekt“ bezeichnet werden. Durch die Durchführung einer Diagnostik vom behandelnden Arzt kann jedoch relativ zuverlässig eine „echte Grippe“ von einem „grippalen Infekt“, also einer Erkältung, unterschieden werden.

Wie gut ist Ihr Immunsystem? Sind Sie ausreichend gegen Krankheitserreger gewappnet?
Beantworten Sie hierzu 30 kurze Fragen und ermitteln Sie die Stärke Ihres Immunsystem, sowie erhalten hilfreiche Tipps.
Hier geht´s direkt zum Test Immunsystem

Im Vordergrund der Diagnose der Erkrankung mit dem Influenza Virus steht das Arzt-Patienten Gespräch im Rahmen der Anamnese der erkrankten Person. Wichtig ist hierbei vor allem die Erfragung des Immunstatus des Patienten, da hierbei das individuelle Risiko der Erkrankung von dem Arzt abgeschätzt werden kann. So haben Personen, welche ein geschwächtes Immunsystem aufweisen, ein stark erhöhtes Risiko für das Auftreten von Komplikationen während des Krankheitsverlaufs der Influenza. Auch die Symptome, mögliche Vorerkrankungen, Allergien, Medikamente, und die individuellen Lebensgewohnheiten werden in diesem Gespräch erfragt.

Ein weiterer wichtiger Schritt in der Diagnosefindung ist die körperliche Untersuchung. Speziell bei dem Verdacht auf eine Erkrankung mit einem Influenza Virus kommt vor allem die sogenannte Auskultation des Betroffenen zum Einsatz. Hierbei wird die Lunge von dem Arzt mittels eines Stethoskops abgehört. Bestimmte Geräusche, welche durch das Ein- beziehungsweise Ausatmen entstehen, können dem behandelnden Arzt ein Hinweis auf die Erkrankung mit einem Influenza Virus sein.

Auch die Palpation, also das Abtasten der Bauchorgane kann ein Hinweis auf die Situation des Erkrankten geben. So kann hierdurch besonders die Situation des Magen-Darm Trakts beurteilt werden.

Da diese Tests zwar den Verdacht einer Erkrankung mit dem Influenza Virus erhärten, jedoch nicht 100%-ig bestätigen können, kann ein Abstrich der Schleimhäute erfolgen, durch dessen das Vorliegen des Virus bestätigt werden kann. Hierbei wird ein Wattestäbchen an der Nasenschleimhaut oder der Mundschleimhaut abgestrichen, und das Material für die Diagnose in ein Labor geschickt. Sollte eine Erkrankung mit dem Influenza Virus vorliegen, wird die DNA des Virus in der Probe nachgewiesen und die Diagnose mit Sicherheit bestätigt werden.

Alternativ kann auch das Blut der betroffenen Person verwendet werden, um die Diagnose zu stellen. Vor allem nach 7 Tagen nach dem Ausbruch der Grippe können im Blut eine ausreichende Menge an Antikörpern nachgewiesen werden, die spezifisch für das Vorliegen der Erkrankung sind und der Nachweis dieser somit die Erkrankung bestätigt. Ein weiterer Parameter, welche den Verdacht auf das Vorliegen einer Erkrankung mit Influenza Viren erhärten kann stellt die sogenannte Blut-Senkungs-Geschwindigkeit (kurz: BSG oder BSR) dar. Dieser Wert gibt an, wie viel Zeit vergeht, bis die zellulären Bestandteile des Blutes sich zu einem Großteil von den nicht zellulären Bestandteilen des Blutes getrennt haben. Ein positiver Befund, also wenn diese Geschwindigkeit erhöht ist, kann jedoch auch für das Vorliegen anderer Erkrankungen sprechen, weshalb diese Methode nicht sehr selektiv für das Vorliegen einer Influenza Erkrankung beweist.

Deutlich besser und sensitiver sind eine Reihe von Schnelltests, welche bei positivem Befund mit großer Sicherheit das Influenzavirus nachweisen können. Vor allem dann, wenn die Diagnose mittels Laborbefund zu lange dauern würde für den Beginn einer Therapie, werden diese Schnelltests gerne angewandt. Das Prinzip dieser Tests beruht auf einer Antikörper-Antigen Reaktion. Wichtig ist hierbei zu erwähnen, dass die Durchführung dieser Tests derzeit nicht von den gesetzlichen Krankenkassen übernommen wird.

Die Therapie der erkrankten Person erfolgt je nach Risikoprofil ganz individuell. Das bedeutet, dass einer immunschwachen Person eine andere Therapie empfohlen werden sollte, als einer Person, bei welcher das eigene Immunsystem vermutlich stark genug ist, die Erkrankung selbst in den Griff zu bekommen. Da im ungünstigsten Fall die Erkrankung bei immunschwachen Personen sogar bis zum Tod führen kann, steht der zeitige Beginn der Therapie der Erkrankung bei diesen Personen im Vordergrund. Bei Personen, welche in diese Gruppe fallen, wird eine antivirale Therapie durchgeführt, wohingegen bei Personen mit kompetenten Immunsystem eine sogenannte symptomatische Therapie im Vordergrund steht, welche zwar nicht die Ursache der Erkrankung, jedoch die unangenehmen Beschwerden welche mit dieser einhergehen, behandelt.

Antivirale Therapie: Die antivirale Therapie bekämpft die für die Influenza verantwortlichen Viren direkt. Je nachdem, wann die Therapie mit diesen Medikamenten begonnen wird, kann die Dauer der Erkrankung durch den Einsatz dieser deutlich verkürzt werden. Wichtig ist diese Behandlung bei immungeschwächten Patienten, da sich nachweisen ließ, dass bei frühzeitigem Beginn einer antiviralen Therapie die Anzahl der gefährlichen Komplikationen bei Patienten mit Influenza Viren und geschwächtem Immunsystem deutlich zurückging. Es existieren zwei unterschiedliche Wirkstoffe, welche für eine antivirale Therapie bei Vorliegen einer Erkrankung mit Influenza Viren in Frage kommen. So sind zum einen Medikamente auf dem Markt, welche ein spezifisches Membranprotein hemmen, welches für das Überleben des Virus wichtig ist, sowie die häufiger verwendeten sogenannten Neuraminidase-Hemmer.

Die Neuraminidase-Hemmer hemmen, wie der Name vermuten lässt die sogenannte Neuraminidase. Durch die Hemmung dieses Enzyms, kann sich das Virus nicht mehr von der Wirtszelle lösen und die Verbreitung des Virus im Körper wird somit effektiv unterbunden.

Beide verfügbaren Medikamente verhindern die Ausbreitung und Vermehrung der Viren, weshalb sie auch Virostatika genannt werden. Das „abtöten“ der Viruszellen, welche sich schon im Körper befinden muss demnach das eigene Immunsystem leisten. Dennoch stellen diese Medikamente bei zeitigem Beginn der Therapie eine hilfreiche Unterstützung für das Immunsystem dar und können gefährliche Situationen für immunschwache Patienten verhindern. Ein Beginn der Therapie nach 48 Stunden nach dem Auftreten der ersten Symptome wird durch Experten jedoch als nicht sinnvoll erachtet, da nach dieser Zeit zu viele aktive Viren im Körper vorhanden sind, die durch die verfügbaren Medikamente nicht abgetötet werden können.